Les rêves et nous


Il est dit que nous rêvons tous, même si nous oublions souvent l'objet de nos rêves au réveil. Pourtant, la question mérite d'être posée : devons-nous apprendre quelque chose de concret de nos songes ? La question est encore plus pressante pour la personne qui a fait un mauvais rêve, que D-ieu nous protège. Dans ce cas, doit-elle tenir compte de l'avertissement qu'elle a reçue ou peut-elle tout ignorer à son réveil ?

Des rêves et des interprétations

Le plus souvent, il est impossible de tirer une conclusion concrète d'un rêve. C'est le message que nous a transmis le prophète lorsqu'il s'est écrié (Zacharie 10:2) : « Les rêves disent des faussetés.» Même si des précisions méritent d'être apportées à cette déclaration, le problème réside en notre pouvoir d'interprétation : celui est extrêmement faible et partant, deux personnes peuvent interpréter le même rêve d'une façon différente. Cette situation nous laisse dans l'incertitude absolue si nous désirons connaître le véritable sens d'un rêve en particulier.

Pourtant, il serait regrettable de ne rien apprendre d'un rêve. Faire « comme si rien n'était arrivé » laisse souvent un goût amer. C'est pour cette raison que je conseille aux personnes qui s'intéressent à cette question de ne retenir que les aspects positifs de leurs rêves. Quant aux autres... il faut qu'elles mettent leurs mauvais rêves au placard le plus vite possible. Elles pourrons toujours les ressortir lorsque Machia'h viendra et qu'il pourra répondre à toutes nos questions. Entre temps, il est plus prudent de ne pas se laisser embêter par quelques chose que nous ne maîtrisons pas.

La Tora possède plusieurs exemples de rêves faits par nos patriarches. Qui ne connaît pas les rêves de Yossef et leurs conséquences, non seulement pour lui-même, mais pour tout le peuple d'Israël ? Également, la Guémara cite plusieurs exemples de grands personnages qui ont tenu compte (à tort ou à raison) de leurs rêves. Dans tous ces cas, ces pensées nocturnes avaient été envoyées par le Ciel et elle méritaient certainement d'être considérées sous cet aspect. Ceci est la grande différence avec nos rêves.

Au risque de décevoir certaines personnes, l'honnêteté m'oblige à dire que nos rêves dépendent de choses beaucoup plus terre à terre que de la Volonté divine. Ceci est une vérité absolue : la personne qui désire faire de bons rêves doit s'efforcer d'avoir une approche positive de la vie et d'utiliser des paroles remplie de joie et d'amour. De la sorte, elle aura tendance à faire des doux rêves.

À l'opposé, la personne qui a tendance à juger les autres, à voir les aspects négatifs dans toutes les situations... aura tendance à faire des rêves que personne désire faire ! Si cette influence de la pensée et de la parole sur les rêves n'est pas absolue, elle est suffisamment importante pour que nous y prêtions attention.

Je réalise qu'il est frustrant de se réveiller en sueurs après avoir rêvé d'une chose spécifique et de ne pas pouvoir en déduire un enseignement clair et intelligible. Pourtant, je pense qu'il est préférable de savoir où nous nous situons spirituellement et d'admettre les limites de notre entendement. Cela possède en tous cas l'avantage de nous mettre à l'abri des interprètes de pacotille qui rendent quelques fois la vie difficile aux personnes sensibles et naïves à cause de leurs interprétations désastreuses.

En conclusion, disons que tout ce que nous pouvons retenir de positif de nos rêves et qui nous aide à nous approcher du Créateur peut être utilisé à cette fin. Certes, cela n'est pas une obligation, mais peut satisfaire les individus en quête de réponses. D'autre part, il faut rester conscient que notre interprétation n'est qu'une tentative ; en aucun cas, elle ne doit être prise au pied de la lettre et comme une « illumination » du Ciel. Nous sommes bien trop loin de la vérité pour recevoir ce type d'illumination.

« Maître du monde ! Préserve-moi des rêves de mauvaise augure et des pensées noires. Si je dois rêver, permets-moi de faire des rêves doux et qui me permettent de me rapprocher de Toi, rapidement et sans limites. Amen ! »