Bnei Noa'h : manger de la viande ? (2)

Bnei Noa'h : manger de la viande ? (2)

(Dans un article précédent, nous avons expliqué les raisons pour lesquelles les Bnei Noa'h ne sont pas obligés de manger de la viande kachère. Nous avons cependant précisé qu'ils devaient prendre certaines précautions afin de s'assurer qu'ils ne consomment pas de la viande qui a été prise d'animaux vivants.)

Dépeçage d'un animal vivant

Il est interdit – pour les Bnei Noa'h – de consommer de la viande qui a été coupée ou arrachée d'une créature vivante. Également, cette interdiction s'applique dans les cas où l'animal était sur le point de mourir, mais qu'il était encore en vie. Si un animal a été abattu en lui tranchant la gorge – plutôt que d'avoir été abattu par une personnes juive et selon les lois juives – un nombre important de ses membres sont considérés avoir été coupées d'un animal vivant et sont par conséquent interdites.

Ceci fait référence à tous les membres qui sont attachés à la trachée-artère et l'œsophage. Les poumons, le foie, l'estomac et les intestins sont inclus dans la liste de ces membres.

Il existe différentes méthodes pour tuer les animaux qui sont destinés à la consommation humaine. Si certaines de ces méthodes ne présentent aucune difficulté, d'autres sont plus problématiques et peuvent même nous amener à nous poser la question s'il est encore permis de consommer les membres mentionnés ci-dessus des animaux ainsi abattus.

Par conséquent, il est préférable de ne pas consommer ces organes ou de vérifier si la méthode qui fut utilisée pour tuer l'animal en question ne consistait pas à lui trancher la gorge. Si cela est possible, il est conseillé d'acheter la viande de ces membres dans les établissement où l'on est certain que les animaux ont été abattus par une personne juive et selon la halakha. Ces établissements possèdent un certificat de kachroute qui permet de savoir que toutes ces lois ont été respectées.

De nos jours, la quasi totalité des viandes destinées à la consommation humaine provient d'animaux qui ont été abattus à cette fin. Cela ne pose donc pas de problème particulier. Cependant, il est important de relever que certains abattoirs détachent les membres des animaux abattus avant que l'animal ait terminé de secouer ses membres. Si un Ben Noa'h n'est pas certain de l'origine de la viande qu'il désire acheter, il lui est conseillé de l'acheter d'une personne en qui il a confiance ; cela peut être le cas s'il s'agit d'un autre Ben Noa'h (c'est-à-dire une personne qui s'applique à respecter les sept lois de Noé.)

Afin d'enlever tous les doutes possibles, il est possible d'acheter sa viande d'un établissement kacher, muni d'une autorisation rabbinique reconnue [pour avoir la liste – en France – de ces établissements, cliquez ici].

Les lois que nous venons d'exposer – qui concernent la chair prise d'animaux vivants – concernent seulement les animaux et les oiseaux à sang chaud. D'autre part, les reptiles, les créatures rampantes et les poissons ne sont pas visés par ces lois.

Si la chair qui a été prise d'animaux vivants a été mélangée avec celle d'autres animaux, il est interdit de manger cette viande. Peu importe si ce mélange s'est produit consciemment ou pas, si la viande est crue ou cuite, rôtie ou simplement ajoutée à de la soupe ou à tout autre type de liquides. Dans tous ces cas, il est interdit de la consommer.

Rabbi Yoël Schwartz, chelita, (Av Beith Din de Jérusalem pour Bnei Noa'h)