Un guide spirituel pour avancer

Un guide spirituel pour avancer

Face à nos problèmes quotidiens, nous ressentons souvent un besoin de nous élever d'une façon spirituelle. Sans savoir réellement pourquoi ni comment, nous sentons en notre fort intérieur que la recherche du fait spirituel peut nous offrir certaines réponses et une façon différente de vivre les tourments de ce monde. Cependant, lorsqu'il s'agit de donner à cette envie une forme concrète, nous ne savons pas trop par où commencer, ni vers où nous diriger. C'est dans ces moments-là qu'un guide spirituel est d'une grande aide.

Désirer la vérité

Cela peut sembler évident, mais il est important de savoir que les découvertes que nous ferons sont directement liées à notre désir véritable d'avancer. En d'autres termes, si nous cherchons à trouver uniquement les réponses qui nous font plaisir, les chances sont grandes que nous ne cherchions pas vraiment la vérité. Pourtant, celle-ci doit représenter la motivation principale de nos efforts.

Une personne qui cherche la vérité ne possède pas de préférences préalables sur la nature de la réponse à ses questions. Peu lui importe qu'on lui dise d'aller à gauche ou à droite, ou de faire ceci ou cela : dans tous les cas, elle désire avoir les outils qui lui permettront d'avancer et de se rapprocher du but ultime de l'existence.

Chercher la vérité exige un niveau élevé de sincérité et une faculté importante de se remettre en question. Ces deux facteurs nous dérangent car ils s'opposent à notre quotidien et à nos certitudes. Pourtant, en l'absence du désir de vérité, on réduit à néant les bénéfices que peut nous apporter un guide spirituel.

Chercher D-ieu

Si un guide spirituel peut nous aider à découvrir D-ieu, nous devons pour autant faire notre part : celle qui consiste à vouloir chercher D-ieu dans notre vie. Cette idée peut sembler incongrue : de quelle façon le Créateur pourrait-Il se trouver à nos côtés ? N'est-Il pas haut perché, dans les sphères célestes les plus élevées ? Si nous vivons avec cette idée, le guide spirituel ne pourra pas faire de miracles. Aussi longtemps que notre cœur restera fermé au spirituel, nous perdons notre temps à chercher conseil.

Chercher Hachem signifie vouloir relever Sa présence dans notre vie quotidienne, dans nos gestes habituels et les « petits » évènements de la vie. Cette notion n'est pas acquise du jour au lendemain et rien ne sert de vouloir s'empresser. Plutôt, il s'agit de s'entraîner à chaque instant ; pour cela, la vie nous offre le meilleur terrain de jeu que nous pouvons trouver. Au travail, à notre domicile, dans les transports publics... la liste est presque sans fin des occasions où nous pouvons trouver des signes discrets de la Présence divine.

Dans cette recherche, le guide spirituel peut nous ouvrir rapidement les yeux. Lorsque nous ne voyons que « hasard », « chance » ou « malchance », il nous apprendra à voir les desseins profonds du Maître du monde. Si nous rencontrons le guide spirituel dont nous avons besoin, la vie peut prendre une tournure très différente en peu de temps. Armés de nos nouvelles lunettes spirituelles, le monde devient différent et chargé de sens. Heureuses les personnes qui possèdent de telles lunettes !

S'annuler

Pour conclure cette analyse succincte de la relation avec un guide spirituel, je m'en voudrais d'oublier un concept fondamental pour établir une relation saine et profitable : le bitoul. En hébreu, le mot « bitoul » signifie « annuler. » C'est notre propre personne que nous devons « annuler » devant la sagesse d'un guide spirituel. Cette notion ne doit pas nous choquer, nous l'admettons dans un nombre important de situations.

Lorsqu'une personne est malade, que D-ieu nous préserve, elle se rend généralement chez le médecin. Y va-t-elle pour faire la leçon au médecin ou pour écouter ses conseils et faire ce qu'il lui dira ? Il est évident que le malade accepte de suivre dans tous les détails les directives du médecin ! Il s'agit du bitoul. Ceci est également le cas lorsque nous allons au garage afin de savoir quel est le problème avec notre voiture ou que nous prenons conseil auprès d'un conseiller financier pour la gestion de nos biens...

Dans tous ces cas, si la personne à laquelle nous nous adressons est un professionnel irréprochable, nous avons tout intérêt à nous oublier, à nous annuler. Cela est identique avec un guide spirituel : lorsque nous lui posons nos questions et que nous écoutons son enseignement, nous devons « oublier » qui nous sommes, notre lourdeur spirituelle, nos désirs malsains... Cela n'est pas facile, mais le principal consiste à le vouloir.

Désirer la vérité, chercher D-ieu et s'annuler est un programme pour la vie. Idéalement, il devrait s'agir du programme de chaque âme juive. Si le monde dans lequel nous vivons nous a éloigné de cette vérité, nous pouvons au moins prier pour exprimer notre désir de la retrouver. En fin de compte, nous n'avons pas choisi le monde qui nous a vu naître !