La joie... derrière les barreaux !


On me pose souvent la question suivante : « Doit-on forcément étudier l'enseignement de Rabbi Na'hman de Breslev afin de servir d'une façon correcte le Maître du monde ? » La façon dont je réponds est presque toujours la même : « Non, mais cela nous aide énormément. » Si l'on désire comprendre le sens réel de la réponse, il faut comprendre avant tout celui de la question. Cela n'est pas toujours le cas.

Servir Hachem : c'est quoi ?

Que signifie l'expression : « servir Hachem » ? Si l'on commet l'erreur de penser que l'essentiel consiste à ne pas enfreindre les lois juives, il est difficile d'imaginer l'avantage substantiel d'étudier les livres de Rabbi Na'hman. De fait, s'il s'agit principalement d'apprendre quelle bénédiction doit être récitée avant de consommer un aliment particulier ou les lois de la kacheroute, le Choul'han 'Aroukh est plus utile que Rabbi Na'hman.

Cependant, si l'on réalise que le respect des lois juives est un objectif relatif, tandis qu'il existe un objectif absolu et indispensable pour établir une relation saine avec le Créateur, Rabbi Na'hman devient rapidement un passage obligé dans notre rapprochement avec le Divin.

Nos erreurs s'expliquent le plus souvent par l'état confus de notre esprit. Un mari qui n'a pas conscience qu'au-delà de ses défauts et imperfections, l'élément crucial de sa relation avec sa femme est l'amour véritable qu'il lui voue, ne peut pas devenir un mari modèle. D'autre part, s'il aime sa femme d'une façon honnête et sincère, ses erreurs de parcours seront plus facilement pardonnées car elles seront prises pour ce qu'elles sont : la révélation de son état humain et donc de faiblesse. En la matière, le plus important consiste à savoir où se situe notre cœur.

Le cœur est le siège de nos désirs ; c'est lui qui nous motive à aller de l'avant dans notre vie et qui nous fait poursuivre les objectifs les plus saints... ou les autres, qu'à D-ieu ne plaise. La personne qui brûle d'envie de servir Hachem et qui pleure devant ses propres fautes et bêtises est aimée du Créateur. Le feu qui réside en son cœur est la meilleure garantie pour que ses fautes cessent un jour ou l'autre.

De plus, nous ne devons pas oublier l'existence des forces du mal dont l'objectif est de nous faire chuter spirituellement et de nous éloigner du Divin, que D-ieu nous préserve. Ces forces ne perdent aucune occasion pour révéler notre fragilité et nous faire engager dans une voie dénuée de Sainteté et de Présence divine.

Ainsi, face aux épreuves de la vie, nous devons posséder une force gigantesque pour rester coller à D-ieu. Si nous n'avons pas cette force intérieure, c'est une vague destructrice qui risque bel et bien de nous emporter, qu'à D-ieu ne plaise. C'est précisément pour lutter contre cette vague que Rabbi Na'hman est un apport unique.

La vie apporte son lot quotidien de défis à relever et de difficultés de toutes sortes. Lorsque nous sentons notre moral atteint, cela ne signifie pas que nous avons oublié quelle bénédiction prononcer avant de consommer un aliment particulier. Plutôt, nous ne sentons plus la présence d'Hachem à nos côtés et soudainement, le sol sur lequel nous marchons semble s'être transformé en sables mouvants. Afin d'apporter un aspect concret à cette idée, une histoire véritable peut être utile

Un endroit peu avenant

L'histoire est celle de parents qui ont sacrifié leurs économies afin d'envoyer leur fils unique étudier dans une des meilleures yéchivoth de Jérusalem. Cependant, en quelques mois, le fils sombra dans une situation de grande détresse et il se laissa tenter par des voies interdites. Un beau jour, c'est en prison qu'il se retrouva. L'ancien élève de yéchiva avait laissé la place à un voyou de grands chemins et l'optimisme des parents avait disparu pour faire naître un sentiment de désolation totale.