Les limites humaines


“Une personne ne doit pas se sentir vexée par les atteintes faites à son honneur.” (Rabbi Na'hman de Breslev)

Nous évoluons tous dans une société, dans un monde mû par des tourments incessants… Les évènements nous bousculent, mais ils sont hors nous et nous ne pouvons parfois pas modifier le cours des choses… Le fait est que les vicissitudes qui parviennent à nous et nous émeuvent n'ont qu'une importance relative : celle qu'on veut bien leur donner.

Il est des choses importantes et des choses qui le sont nettement moins ; simplement cela dépend de la vison que nous avons du monde qui nous entoure. Tout dépend aussi du moment où tout cela parvient à nous. Parfois, nous réagissons violemment sur un fait précis, alors qu'à un autre moment, le même fait aurait eu une importance, négligeable et serait passé au dessus de nous. Pourtant, le temps n'est rien, juste un petit facteur négligeable, juste un impondérable, une simple inconnue dans l'équation de notre vie ; le temps n'est vraiment rien (le temps ne passe pas, c'est nous qui passons)

Et c'est ainsi que des amitiés se font puis se défont pour se ressouder, se recréer de nouveau. Si seulement nous pouvions regarder hors nous, nous projeter en dehors de nous et avoir un simple regard critique sur notre propre comportement, au lieu d'avoir sans cesse un œil critique sur “l'autre” ! Cela changerait certainement la face du monde et le cours des évènements...

Nous ne pouvons pas modifier les évènements mais nous avons une action sur notre comportement, sur ce qui fait que nous sommes tous uniques, sur ce qui fait que nous sommes nous-mêmes, au plus profond de notre âme.

D-ieu a créé l'homme à son image ; D-ieu nous a créé bons ; ceci est un point de départ. Notre vie entière devrait fluctuer en fonction de ce point précis : le regard que nous avons sur nous-mêmes mais aussi le regard que nous pouvons avoir sur l'autre…

Un de mes patients va mal, très mal et ce depuis pas mal de temps à présent. C'est ici une chose importante, très importante pour moi ; il a 36 ans et il passe du palliatif au curatif pour retourner au palliatif et revenir enfin à du curatif. Les fêtes de fin d'année ont été très difficiles pour lui. Noël, dans sa religion est pourtant, si important…

Je crois que ce genre de choses qui arrive hors moi est terrible, tout simplement parce que je suis incapable de modifier les desseins de D-ieu. Je ne peux qu'aider, avec humilité, apporter des soins, de la présence, de l'aide morale, tout ce que je peux apporter ; mais je ne peux guérir... Humilité, oui, parce que nous sommes très petits face à la souffrance d'autrui, très petits face à la maladie, très petits face à la mort.

Nous essayons simplement grâce à la médecine de faire reculer les échéances, mais nous sommes au final tous sursitaires et nous sommes si petits face à la grandeur et l'omnipotence de D-ieu ! Ce sont des faits, de simples faits, mais pour moi, ils sont importants… Pour d'autres, ils ne le seront pas, parce que chaque évènement est vécu de façon personnelle par chacun.

Vous qui êtes mes ami(e)s, laissez passer les orages de la vie ; tant de choses nous dépassent, tant de choses ne peuvent pas être modifiées. Alors, ce que nous pouvons et avons la possibilité de changer pour rendre le monde meilleur et la vie plus sereine, faisons le… Ouvrons-nous sur une paix durable. Dirigeons-nous tous dans le même sens, dans la même direction : celle qui limite les conflits et recolore le monde avec des couleurs pastel et merveilleuses. Ne regardons pas le noir des ténèbres, mais juste les lumières qui scintillent en leur sein. Si on regarde bien, la nuit, les cieux sont plein de petites lumières. D-ieu les a déposées là pour nous montrer le chemin, pour nous faire comprendre que même dans les cieux les plus sombres, il existe toujours “une frange d'or”...

Une naissance, des examens qu'on va réussir avec panache....... la vie quoi .... plein d'étoiles d'or sur notre route… On dit : “Merci mon D-ieu…”