Lire les Téhilim (Psaumes) 2:12


(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Désirez ardemment la pureté, de peur qu’il ne s’indigne, et que vous n’alliez a votre perte ; car bien vite Sa colère prend feu. Heureux tous ceux qui s’abritent en Lui !” (Psaumes 2 :12)

Dans ce verset aussi, le discours peut être compris à deux niveaux. Le Roi David clôt le deuxième chapitre des Téhilim par un dernier conseil destiné aux nations : désirez aimer ce qui est bon dans le monde et cessez de poursuivre le mal ! Cependant, ce verset s’adresse également à nous ; dans ce cas, le Roi David nous enseigne l’importance du désir dans notre Service divin.

Désirez : c’est l’essentiel

David aurait pu dire qu’il fallait se comporter d’une certaine façon ou mener à bien certains actes afin d’éviter la colère du Créateur. Pourtant, c’est sur le désir qu’il met l’accent. De fait, c’est dans notre cœur – siège du désir – qu’Hachem prend plaisir à se trouver. L’aspect concret de notre Service divin ne dépend pas de nous : c’est seulement du Ciel que notre réussite est ordonnée. Si nous voulons faire une mitswa et que cela se révèle impossible, peu importe ! D-ieu sait que nous désirions la faire.

C’est pour cette raison qu’il ne faut pas être touché moralement par les conséquences parfois désastreuses de nos maladresses. Si nous désirions bien faire, le Ciel nous récompensera. À nous d’être honnêtes envers nous-mêmes et de jauger le réel désir que nous avons pour le Divin.

Lorsque nous concentrons tous nos efforts sur notre volonté de nous rapprocher d’Hachem, le Maître du monde nous ouvre les portes de la Sainteté. Dans le monde physique, c’est également Lui qui nous montre la direction : tantôt nous pensons devoir aller dans une certaine direction, tandis qu’Il sait que nous devons aller ailleurs. Tantôt le succès nous sourit, tantôt il nous fuit. Cela dépend du Ciel, pas de nous.

Le Roi David emploie des mots d’une très grande puissance pour nous faire comprendre que le désir est l’aspect essentiel de notre rapprochement. Il ne fait nullement allusion à son aspect concret. Ainsi, nous pouvons en déduire qu’une personne peut faire de nombreuses mitswoth, mais déclencher en même temps la Colère divine, qu’à D-ieu ne plaise.

Cela peut arriver si le cœur d’une personne s’oppose au Créateur, même qu’elle réalise Ses commandements. Certes, l’aspect extérieur de cette personne lui donne les apparences de la piété, mais en réalité, elle est extrêmement éloignée d’Hachem. Pour une telle personne, le courroux céleste est le salaire qu’elle recevra.

À l’inverse, si nous désirons bien faire et que nous échouons par notre faiblesse – qui prend souvent les traits de la colère, des désirs malsains, de l’appât du gain, etc. – D-ieu nous prépare des lendemains doux et sucrés dont nous raffolerons.

Maître du monde, aide-nous à Te désirer – car ceci est l’essentiel – et épargne-nous de Ta colère. Amen !

À suivre…