De Cracovie à Lublin, en passant par Kielce

De Cracovie à Lublin, en passant par Kielce

De Cracovie à Lublin, en passant par Kielce

Suite : une belle et tendre histoire (3)

Ou Kippour à…Lublin. Mazel Tov !

Vous venez de lire la très belle (et tendre) histoire d’Abraham et Sarah. En regardant la carte, mon envie de bouger s’est faite présente.

Allez à Pinczow, je l’ai promis à Abraham et à Sarah. La moindre des choses.

Difficile, il n’y a pas de gare, pas de bus. Pour s’y rendre il faut une voiture, ce que je ne possède pas.

J’irai c’est promis, dès que possible.

Me voilà en route pour…Lublin.


Les Canadiens ont une très sympathique expression pour décrire ce que je vis : je suis tombée en amour de Lublin. Avant même d’y avoir mis les pieds.

Me voilà amoureuse de Lublin…Sans avoir jamais vu cette ville, me voilà rêvant d’une maison… Rien de bien spécial, me direz-vous ! Quelques jours plus tard surfant sur le site de la ville de Lubin, je regarde un album photos.

Waouh ! La maison donc j’ai rêvé, elle existe. Telle que je l’ai vue !

Comme pour une rencontre amoureuse, ou plus exactement comme pour retrouver mon âme sœur, je fais traîner les choses ;

Il serait facile de prendre plusieurs trains le même jour.

Au lieu d’y aller le plus vite possible, je prends le temps. Tout mon temps.

Je décide de faire des pauses. Plusieurs pauses. Avant « notre rencontre ».

Partie d’Oswiecim, je passe l’après-midi à Cracovie et même la nuit. Je prends le temps, chose incroyable, d’aller chez le coiffeur. La rencontre sera importante.

Comme tout meshugue j’irai de Lublin à Chelm.

Il serait plus logique de passer Kippour à Cracovie ou même à Lodz, où il existe quelques juifs. La date n’est pas banale, non plus.

Nous voici entre Roch hachana et Yom Kippour. Les Jours redoutables.

Eh, oui j’ai besoin d’être à Lublin pour Kippour.

J’y jeûnerai, j’y prierai pour la première fois.

Cela ravivera la flamme de ma Foi.

Avant (avant Oswiecim), je parlai de « certitude Totale et Absolue ». Cela n’a pas changé. Sauf… qu’il m’arrive de me sentir quelque peu abandonnée par... l’Éternel, que Son nom soit sanctifié.

Il m’arrive de penser avoir passé un test. Comme si, l’Éternel, Que son nom soit glorifié, n’avait testée. Lancer un défi.

Ah, ta Foi est inébranlable ? Prouve- le moi !

Et me voilà à Oswiecim !

La flamme a quelque peu vacillé, je l’avoue. Mais elle reste vivante, présente en moi.

En allant à Lublin, je vais prouver, Au Très saint Vieillard, à Celui qui ne meurt Jamais, que ma Foi est vivace.

Voilà pourquoi je ressens le besoin pressant de me rendre à Lublin.

Mais avant d’y aller je fais une pause à .... Kielce.

Chantal Maas, quelque part en Pologne.