Suivre l’actualité

Suivre l’actualité

Que l’on se trouve à New York, Bruxelles, Paris, Varsovie et même Oswiecim, l’actualité nous parvient.

Nous sommes informés de tout, du meilleur comme du pire.

Nous passons de nombreuses heures devant des écrans. Nous en oublions la vie réelle et l’essentiel.

Le danger de ne plus analyser ce qui circule est grand. Puisque est écrit noir sur blanc, cela ne peut être que vérité vraie.

Cela passe à la télé, donc il s’agit d’information.

Par chance, je me trouve isolée. Plus de temps pour analyser, réflechir.

Hier nous avons été nombreux à suivre les informations venues d’Israël.

Sur la toile il y en avait pour « tous les goûts ». Cela m’a quelque peu agacé.

Plus personne ne réfléchit ??? La toile est devenue un « fast food » de l’information et de la désinformation.

Il y a une évidence, tellement évidente : Israël ne peut devenir un État comme tous les autres. Le droit à l’autodéfense, droit universel, n’est pas octroyé à Israël.

Dans ma « maison juive » seul lieu réellement juif dans cette ville symbole, je me dois de réfléchir différemment.

Ceux qui condamnent instantanément Israël, ne sont pas conscients de la signification de cette condamnation.

Pourquoi Israël ??? Cette question tourne dans ma tête.

L’image des héros du ghetto de Varsovie s’impose d’elle-même. Pour la première fois – depuis l’époque biblique – des Juifs prenaient les armes pour se défendre. Ce fut un choc.

Nous avions plus l’habitude de nous battre à « coups » de prières. Aujourd’hui nous sommes capable de nous battre avec des armes à feu, comme tous les autres, tout en priant.

D’où vient cette haine du Juif ? Au XXI siècle, nous sommes encore et toujours jalouser. On nous envie.

Sommes-nous si différents ? Sincèrement je le pense. Quoique certains membres de la « Maison d’Israël » sème la zizanie entre nous. Tout cela est humain.

Parce qu’ici, petite ville où les activités sont très limitées, je médite encore et encore.

Où commence l’antisémitisme ? La spoliation culturelle est-elle une forme peu connue de l’antisémitisme ?

Tous les musées sur la vie juive passée, qui se créent un peu partout en Pologne, sont-ils une nostalgie des Juifs ? Ou s’agit-il de spoliation de notre culture ?

Pour revenir à l’actualité de hier, je ne peux penser de faire un lien entre la propagande des autorités de Gaza et celle des Nazis.

Lorsqu’une délégation de la Croix rouge fut invitée par les nazis. Un camp « exemplaire » fut créé.

Les représentants de cette noble institution y rencontrèrent des déportés souriants et en bonne santé.

Ce n’était rien d’autres qu’une manipulation.

C’est exactement ce qui se passe à Gaza, lors de visite de délégations. On y rencontre une population affamée, désespérée.

Rappelons qu’il existe une réalité quotidien tout autre. Rappelons à l’Union Européenne, les sommes colossales envoyées à Gaza.

Rappelons le manque de démocratie.

Rappelons que la bande de Gaza est sous blocus, partiel et sécuritaire, mis en place par Israël et par l’Égypte

Voulant avoir l’opinion en Pologne sur l’actualité, j’ai envoyé des emails à différentes personnes. Aucune réponse. Pourtant parmi celle-ci il y a une personne qui se disait juive Mais pas totalement. Bizarrement c’est le silence radio.

À Cracovie, il est « inn » d’avoir de racines juives, nettement moins d’être juif. Avoir un grand-père paternel ( ?) juif en quelque sorte avoir un accès à ce monde de privilégiés. Êre juif est une tout autre histoire.

Exemple célèbre de désinformation

Photo : du memorial de Terezin Cz

Camp de Theresienstadt ( Terzin ; CZ)

Les nazis autorisent la visite de la Croix-Rouge pour faire pièce aux rumeurs à propos des camps d'extermination. 

Pour minimiser l'apparence de surpopulation, un grand nombre de juifs sont déportés à Auschwitz. De faux magasins et cafés sont construits pour donner l'impression d'un confort relatif. 

Les Danois à qui la Croix-Rouge rend visite sont installés dans des pièces fraîchement repeintes, jamais plus de trois personnes par pièce. Les invités assistent à la représentation d'un opéra pour enfants, Brundibar.