Regarde qui tient le gouvernail !


Un certain jour, on posa la question suivante au Rav Kook, z.ts.l. : “À quelle fréquence doit-on se tenir informés des actualités du monde ?” Le Rav répondit : “Une fois par jour suffit.”

Il est important de savoir que le Rav Kook fut le premier grand rabbin de l'État moderne d'Israël. Il occupait sa position à une période où régnait la guerre et pendant laquelle il semblait vital de savoir ce qui se passait autour nous. Déterminer si cette situation est identique à celle que nous vivons actuellement est un débat qui dépasse l'envergure cet article. Nous prenons pour acquis que les tensions existantes sont suffisamment graves pour qu'elles nous rapprochent dangereusement d'un véritable état de guerre.

Connaître le monde dans lequel nous vivons

Nous apprenons de la réponse du Rav Kook, qu'il est tout à fait légitime de vouloir s'informer afin de connaître la situation courante des évènements. Les avantages sont certains : il est plus facile de prier pour le bien du peuple d'Israël lorsqu'on sait précisément ce qu'il endure. Également, certaines lois peuvent modifier des aspects importants de notre vie et il est bien de savoir lesquelles ainsi que la nature de ces changements.

Dans tous les cas, nous déduisons de cela que le besoin de savoir et ce qu'il est : un besoin et non un désir. Cependant, si notre recherche de l'information répond à un désir, cela est problématique. Afin de bien faire la différence entre les deux, nous n'avons qu'à penser à notre désir de partir en vacances, comparé à notre obligation d'être à l'heure au bureau !

Si nous écoutons les informations – ou que nous lisons le journal – avec le même sentiment d'obligation que nous avons en nous rendant au bureau, nous sommes proches de la vérité. Cependant, si nous ouvrons la radio – ou que nous achetons un journal – avec le cœur léger, il faut se poser la question sur la véritable raison de ce désir particulier.

Ceci doit être clair : si nous écoutons les informations, nous devons le faire par un sentiment d'obligation. De plus, si nous préférons ne rien écouter, il est bon de savoir que nous ne transgresserons aucune loi : ni biblique, ni rabbinique. Dans ce cas aussi, Hachem se débrouillera pour nous faire savoir ce que nous devons savoir à propos du monde.

Un monde déstabilisateur

Néanmoins, pour toutes les personnes qui s'informent régulièrement de l'état des affaires dans le monde, les raisons sont nombreuses de s'inquiéter, de s'énerver… ou de désespérer. Pourtant, toutes ces raisons s'envolent lorsque nous réalisons que c'est Hachem qui dirige le monde et personne d'autre.

Avez-vous déjà fait la traversée de la mer entre Marseille et la Corse ? Je me souviens d'un jour où j'avais embarqué sur le bateau d'un ami pour aller passer quelques jours sur l'île de beauté. Le jour de notre départ, la mer était tellement houleuse, que mes lèvres ont commencé à réciter automatiquement les Téhilim !

Je regardais autour de moi et je voyais des grosses vagues qui semblaient vouloir – les unes après les autres – couper notre bateau en deux. En fin de compte, je réalisai que mon ami était à la barre et je retrouvai immédiatement mon calme : ma confiance en lui était absolue et ce jour-là encore, il ne me déçut pas.

Il en va de même avec le monde. Aussi longtemps que nous oublions que le Créateur tient le gouvernail, nous avons toutes les raisons de vouloir enfoncer notre tête sous l'oreiller… et l'y laisser le plus longtemps. Tout semble allait de travers et plus particulièrement si l'on pense à l'État d'Israël et à au peuple juif.