Lire les Téhilim (Psaumes) 2:7


(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Je suis obligé de proclamer que l'Éternel m'a dit : 'Tu es Mon fils, c'est Moi qui, en ce jour, T'ai engendré'.” (Psaumes 2 :7)

Nous avons appris dans le verset précédent que le peuple juif possède un statut privilégié : celui d'avoir été choisi par le Créateur afin de suivre Sa volonté. Nous avons également précisé que nous n'avons pas le choix de refuser le rôle qu'Hachem nous a confié.

Un service dans la joie

Loin d'accepter ce rôle avec résignation, le Roi David déclare haut et fort qu'il assume son obligation sans contrainte. Plutôt, c'est dans l'enthousiasme qu'il revêt ses habits de roi et de leader du peuple d'Israël. C'est précisément parce que tout dépend de lui, que le Roi David est appelé le fils de D-ieu.

Cette appellation est la même qui fut donnée – plus tard – au fils de David : Chlomo. Dans ce cas aussi, il s'agissait de qualifier le roi du peuple d'Israël.

Afin de ne prêter à aucune confusion, il est important de préciser que la Tora donne les détails de la descendance des rois David et Chlomo. En ce qui concerne David, il est l'arrière-petit-fils de la convertie Ruth et Chlomo est le fils de David. Ainsi, l'expression “Mon fils” qu'emploie D-ieu ne peut en aucun cas être prise au sens premier.

Si nous désirons appliquer ce verset à nous-mêmes, nous pouvons en déduire que nous sommes les véritables “fils” d'Hachem lorsque “tout dépend de nous”. Cela est le cas lorsque nous menons la vie que désire notre âme, c'est-à-dire que nous faisons la sourde oreille aux appels charmeurs et tentants de notre mauvais penchant.

Ainsi, lorsque nous collons à D-ieu, nous essayons de faire en tous points ce qu'Il attend de nous. Même si nous commettons des erreurs, notre désir est le plus important aux yeux du Créateur. Dans la mesure où Hachem connaît le fond de nos pensées, il s'agit d'une relation saine et empreinte d'honnêteté.

Devenir le “fils” de D-ieu est semblable à celui qui devient le “fils” de son Rabbi. De fait, une relation forte entre un Rav et son élève est souvent comparée à celle d'un père et son fils. Ainsi, il existe trois niveaux distincts dans lesquels nous pouvons devenir des “fils” : nous pouvons être le fils de notre père. C'est-à-dire que notre relation avec celui-ci est riche d'enseignement et que notre père biologique est également notre père spirituel.

Également, nous pouvons devenir le “fils” de notre Rav. C'est lui qui nous guide dans les domaines où notre père ne peut pas nous amener et c'est lui qui nous prend en mains lorsque nous quittons le domicile de nos parents. Enfin, nous pouvons devenir le “fils” d'Hachem, si nous cherchons réellement à faire Sa volonté.

Dans ces trois niveaux, les pères sont compréhensifs : ils ne s'offusquent pas de nos fautes et oublient vite nos erreurs. Ce qui est la source de leur plaisir : notre volonté sincère d'aller dans la bonne direction et nos efforts réels pour y arriver.

À suivre…