Lire les Téhilim (Psaumes) 2:6


(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“'C'est Moi' [dit-Il,] qui ai consacré Mon roi sur Sion, Ma montagne sainte'.” (Psaumes 2 :6)

Lorsque le Créateur constate que les dirigeants du monde s’apprêtent à intervenir contre le peuple d’Israël, Il révèle – sans ambiguïté – la nature unique du lien qui Le lie à celui-ci. Il leur rappelle que c'est Lui qui a choisi ce peuple pour Le servir et qu'à ce titre, il Lui est consacré.

Une élection désirée

Ce statut privilégié a des conséquences importantes pour chacun d'entre nous. À l'image du prophète Jonas – à qui Hachem avait demandé de révéler une prophétie et qui s'était enfuit pour ne pas le faire – nous ne pouvons pas nous subtiliser à notre rôle. Chaque personne du peuple d'Israël possède un rôle particulier et une mission spécifique à remplir en venant au monde, et il ne lui est pas donné de les refuser.

Même si cette situation peut sembler injuste – après tout : comment nous imposer un choix que nous n'avons pas fait ? – elle ne l'est pas. De fait, le Midrach nous apprend que le jour du don de la Tora, ce sont toutes les âmes du peuple juif qui étaient présentes : celles qui vivaient à cette époque ainsi que celles des futures générations. C'est pour cela que nous pouvons tous déclarer : “Moi aussi, j'étais au Mont Sinaï pour y recevoir la Tora !”. À défaut de notre corps, c'est bel et bien notre âme qui a accepté de recevoir les Paroles divines.

Certes, ce statut de “peuple élu” nous impose des obligations, mais également des avantages. Un de ceux-là est celui qui est indiqué dans ce chapitre des Téhilim : la Protection divine. Au cours des siècles de l'histoire tourmentée de notre peuple, une conclusion s'impose : c'est uniquement grâce à la Présence divine que nous avons pu survivre à tous les massacres et terreurs auxquels nous avons été soumis. Aucun peuple au monde n'a réussi à survivre aussi longtemps – sans État, sans territoire commun – en l'absence de cette protection unique.

C'est parce qu'Il nous a choisi que D-ieu nous accorde une attention particulière. Quel réconfort de savoir dans les périodes difficiles de notre vie nous pouvons compter sur un soutien constant, désintéressé et d'une perfection totale ! Jamais nous ne sommes seuls et jamais nous ne sommes abandonnés. Cette idée seule peut nous permettre de passer à travers les périodes les plus difficiles, que D-ieu nous protège.

Dans ce verset, il est également important de noter qu'Hachem signale sans équivoque le lien fort qui existe entre Lui, Son peuple et Sion, c'est-à-dire Jérusalem. La montagne sainte à laquelle il est fait référence ici est celle où le Temple de Jérusalem se tenait il y a quelques siècles et où des millions de juifs prient encore chaque année, devant le Mur des lamentations.

À suivre…