Servir D-ieu par les gestes et la parole


Nous poursuivons notre série sur les prières du peuple juif. Ces articles s'inspirent de la pensée du Rav Chim'on Schwab z.ts.l. telle qu'elle a été exposée dans l'ouvrage “Rav Schwab on Prayer”, Ed. Artscroll, 2001, (en anglais).

Se laver les mains en se levant

Lorsqu'une personne juive se lève, la première chose qu'elle fait est de se laver les mains avant de réciter une bénédiction sur ce commandement rabbinique. Deux raisons nous sont données par les commentateurs pour expliquer ce geste largement répandu au sein du peuple juif, même chez les personnes qui ne sont pas aussi strictes le reste de la journée.

La première raison est simple : pendant la nuit, nos mains ont pu toucher certaines parties de notre corps et cela est faire preuve d'une hygiène évidente que de les laver en se levant. Même dans les cas où nous sommes certains que nos mains sont restées propres, le peuple juif a pris sur lui de les laver tout de même. Cette rigueur se retrouve dans les textes de halakha (loi juive), selon lesquels nous devons dans tous les cas nous laver les mains à l'heure du lever.

La deuxième raison est spirituelle. À l'époque où le Temple s'érigeait à Jérusalem, les kohanim (les prêtres) commençaient leur service du jour en se lavant les mains. Une nouvelle journée signifiait une nouvelle occasion de servir Hachem et la moindre des choses était de commencer cet 'avoda (service) avec des mains propres.

D'autre part, lorsqu'une personne se réveille, elle ressemble à un nouveau-né, une nouvelle créature. Devant cette personne, s'offre un nouveau jour rempli d'opportunités pour servir le Créateur. Cette idée trouve sa source dans le Livre des lamentations (3:23) où il est écrit : “Elles se renouvellent chaque matin ; [D-ieu,] infinie est Ta bonté.”

Ainsi, en reprenant nos esprits au petit jour, nous ressemblons aux prêtres du Temple de Jérusalem. Dans les deux cas, nous sommes conscients de la tache qui s'offre à nous et de notre potentiel important pour faire le bien et déclarer notre amour à Hachem. En nous lavant les mains, nous affichons notre volonté de dévouer les heures qui nous séparent de notre coucher à servir le Maître du monde.

La 1ière bénédiction du jour

Après s'être lavé les mains, nous prononçons la bénédiction : “Sois béni, ô Éternel, notre D-ieu, Roi du monde, qui nous a sanctifiés par Ses commandements et nous a ordonné d'élever les mains.”

Voici à qui s'adressent les premières paroles que prononce une personne juive : à D-ieu. Existe-t-il un plus bel hommage que nous pouvons rendre au Créateur ? Dès notre lever, nous faisons Sa volonté et nous Le louons. Ces premières paroles – ainsi que notre première pensée – sont les symboles de notre désir de rester le plus près possible d'Hachem, toujours. La vie du juif n'est pas divisée en deux : une partie où il s'agit de servir D-ieu et une autre, où il vaque à ses occupations, sans prêter grande attention à ce qui touche au Divin.

Plutôt, c'est à chaque instant que nous devons penser qu'Hachem se trouve à nos côtés. Certes, lorsque nous Le prions à la synagogue, nous sommes plus enclins à prendre conscience de cela. Pourtant, la majorité du temps, nous nous trouvons ailleurs : dans les transports en commun, au travail, chez nous… C'est précisément dans ces endroits que nous devons nous souvenir que nous ne sommes jamais seuls.