Rabbi Na'hman et Internet (2)


“Cher David-Yits’haq,

Croyez-vous qu’un enseignement aussi profond et sérieux que celui de Rabbi Na’hman peut se transmettre par Internet ? Le risque n’existe-t-il pas qu’il n’en restera que des slogans et donc, une dénaturation affligeant de son enseignement ?” (Méir Ben-Hayoun, Jérusalem)

(Ceci est la 2ième partie de ma réponse à une lettre d’un lecteur. Pour lire la 1ière partie, cliquez ici)

Cher Méir,

Le danger auquel vous faites référence dans votre lettre existe sans aucun doute. Nous écrivons, nous partageons… mais que reste-t-il de tout cela ? Également, comment peut-on mesurer l’impact de nos écrits et de nos paroles et nous assurer que nous avons été bien compris ?

Il me semble que cela peut être comparé à deux personnes qui se rendent dans le même supermarché pour y acheter la même viande kachère. L’une la sert lors du repas de Chabath, tandis que l’autre en fait… un cheeseburger – que D-ieu nous protège – et enfreint les lois les plus élémentaires de la kachroute.

Chercher la vérité

La même viande a été servie à ces personnes, mais le résultat est diamétralement opposé pour l’une et pour l’autre. Pourquoi ? Une personne cherche la vérité – suivre la Volonté divine – tandis que l’autre ne pense qu’à elle et à se faire plaisir.

Le meilleur magguid chiour peut être compris entièrement de travers par ses auditeurs. Cela ne remet pas forcément en cause ses connaissances. Plutôt, il faut se poser la question de l’honnêteté intellectuelle des personnes qui l’écoutent.

De nombreuses personnes m’écrivent pour me dire qu’elles ne sont pas d’accord avec ce que j’ai écrit dans tel ou tel article. D’autres désirent aller plus loin et me demandent ce qu’elles peuvent lire ou étudier pour s’approcher un peu plus de la vérité. Dans tous les cas, nos échanges nous permettent de mieux nous connaître et il en ressort souvent quelque chose de concret et de positif.

Ceci est exactement à quoi doit nous servir la pensée de Rabbi Na’hman : à avancer vers Hachem, dans la joie et le bonheur. Vous connaissez comme moi le monde dans lequel nous vivons. Qui aujourd’hui peut se permettre de l’aborder avec la fleur au fusil ? Nous devons nous armer et pas seulement d’armes physiques. Les principaux atouts de l’âme juive sont la prière, l’étude de la Tora et la joie. Pour atteindre ces objectifs, j’ai un besoin vital de l’enseignement de Rabbi Na’hman et je suis heureux de pouvoir le partager avec les personnes qui pensent un peu comme moi.

Je vous souhaite une excellente année, dans le bonheur, la recherche continuelle de la vérité et l’amour de ‘Am Israël.