Un jour de répit

Un jour de répit

Ce matin, au réveil, j’étais persuadée du grand changement.

Non pas que je veuille renier ce que je suis. Juste faire une pause. Une seule journée

Je m’y étais préparée la veille. Oui je peux avouer : je n’étais pas conditionnée.

Demain au réveil, je serai comme tout le monde. Oui je mangerai n’importe quoi. Même du porc. Quel goût cela a-t-il ?

Oui je m’habillerai comme toutes les autres.

Surtout ce terrible poids du passé aurait disparu.

Je serai légère.

Oh oui j’appellerais ma vieille mère, si casse-pieds. Nous irions ensemble dans une agence de voyage. Le reportage visionné il y a peu nous donnait envie d’aller voir de plus près, ce pays. La Turquie nous accordera facilement le visa de touriste.

Mais, voilà à peine réveillée, je me souvenais !


Ma mère fut assassinée, il y a si longtemps. Un temps où l’on ne parlait pas. Un temps où l’Europe de l’Ouest ne nous connaissait pas. Quelle idée absurde de visiter la Syrie ???

Cela n'est pas si absurde. Un juif (ou une juive) recevrait-il le visa d’entrée ?

Mon regard aperçu la Menora. Tout me revenait à l’esprit.

Tu es née juive et le resteras. Pas de pause, pas de répit.

Il n’y a pas si longtemps, des non-juifs rêvaient d’être juifs. Ils sont de moins en moins nombreux.

Pas si facile que cela, pas si avantageux non. Le mythe des juifs et du Pouvoir ; des juifs et l’argent ne sont que des mythes. Bien sûrs ils en existent quelques-uns de riches, même trop riches. Bien sur il en existe quelques-uns qui ont du Pouvoir.

Je n’en fais pas partie. Tant mieux.

Je me suis souvenue de la Shoah, de la fureur bolchevique. Je me suis souvenue qu’avant ces horreurs, les juifs étaient nombreux en Pologne.

Je me suis souvenue que d’autres prennent leur place. Notre place.

Dans cette Pologne moderne, n’y a-il plus de place pour les Juifs ? Si, une toute petite.

Préférerait-on des Juifs de papier ?

Je me suis souvenue d’une phrase terrible mais si vraie, entendue de la bouche d’une survivante de Birkenau, rentrée à pied en Roumanie : petite, lorsqu’on est juive, on n’est rien d’autres. Ni hongroise, ni roumaine. Seulement juive. l’oublie pas.

Je me suis souvenue de cette phrase.