Redevenir humain

Redevenir humain

Il y a déjà trois semaines, les juifs d'origine séfarade ont commencé à réciter les prières des Séli'hoth, en préparation des fêtes du mois juif prochain : Roch Hachana (le jour de l'an juif), Yom Kipour (le jour du Grand Pardon) et Soukoth (la fête des cabanes). Quant aux juifs d'origine achkénaze, ils commenceront à réciter ces prières seulement la semaine prochaine.

Un moment unique de l'année juive

Le mois juif d'éloul (août-septembre) est une période à ne pas manquer dans toute l'année. Certes, nous sommes tous-tes bien occupés-es à vaquer à nos occupations habituelles du premier jour de l'année… jusqu'au dernier. De fait, nous sommes tellement occupés-es – préoccupés-es ? – que nous passons souvent l'année entière sans prendre le temps de nous arrêter sur l'essentiel.

À l'exception de notre satisfaction de savoir qu'il bat, quand pensons-nous réellement à notre cœur ? Les sentiments purs qui y résident sont fréquemment noyés parmi ceux qui ne le sont pas : notre volonté d'argent, d'honorabilité, notre désir pour la nourriture, pour les plaisirs sensuels… Combien de fois avons-nous échoué à garder la tête au-dessus de la mêlée ! Tout semble nous attirer vers le bas.

Pourtant, si nous prenions le temps d'écouter une petite voix qui se fait entendre au fond de nous, nous entendrions son cri pour vivre une vie épanouie, une vie où nous lui accorderions la place qu'elle mérite. Notre âme est ce qui nous sépare du monde animal ; ne pas l'écouter nous fait ressembler à un animal à deux pattes. Quel gâchis !

Le mois d'éloul représente la période idéale pour se mettre à l'écoute de notre âme et de notre cœur. Cette écoute attentive nous fera découvrir quelque chose que nous avions oublié depuis longtemps à propos de nous : notre sensibilité à sentir la douleur réelle que notre âme éprouve à cause des nombreuses bêtises que nous avons faites pendant cette année.

Qui ne faute pas ? La liste est longue des pièges qu'on nous a tendus… ainsi que de ceux que nous avons creusés nous-mêmes. Pourtant, le passé est le passé et pour redresser un tant soit peu la barre, il nous suffit de le vouloir. C'est cette volonté qui nous rend perceptifs à la petite voix de notre âme.

Une nouvelle sensibilité

Notre société n'aime pas les faibles. Avouer ne pas savoir, ne pas comprendre, ne pas vouloir se battre… sont autant de défauts que nous décrions tous les jours. Pourtant, c'est lorsque nous admettons nos limites – intellectuelles, physiques, spirituelles… – que nous devenons réellement humains.

Cette sensibilité humaine nous est accessible d'une façon merveilleuse pendant le mois d'éloul. Bien sûr, c'est tout au long de l'année que nous pouvons nous mettre à écouter notre petite voix. Cependant, pendant le mois d'éloul, le silence se fait plus facilement lorsque nous tendons l'oreille. Là où des efforts importants sont nécessaires, nous devons seulement faire preuve de volonté : celle de vouloir marquer une pause et réfléchir à propos de nous (pour lire la suite, cliquez ici)