Moi et les juifs (4)


(Troisième partie d'une réponse à la lettre d'un lecteur. Pour lire la première partie, cliquez ici.)

Steve,

Je ne pense pas qu'il soit exact de dire – ou de laisser penser – que la majorité des juifs religieux “volent, mentent à leur femme ou engagent des hommes pour tuer leur femme”. Si certaines personnes transgressent la loi, elles doivent être punies en fonction de leurs fautes. À nous de ne pas commettre l'erreur de généraliser des comportements individuels à l'ensemble d'un peuple (en le faisant, vous agissez de la même façon que les antisémites Le Pen, Dieudonné, etc.)

Votre déclaration pourrait laisser penser que vous êtes très pointilleux sur la notion de justice et que le comportement des personnes malhonnêtes vous irrite au plus haut point. Je serais prêt à louer votre notion de la justice… si vous n'aviez pas choisi de vire dans une société où le crime, le meurtre, le vol et le mensonge sont maîtres !

Soyons sérieux : pour quelques personnes juives religieuses qui se retrouvent derrière les barreaux, vous rejetez d'un revers de mains les milliers d'autres qui sont honnêtes ? Pour quelle raison le comportement de certains vous fait juger des milliers d'autres ?

Un sentiment d'insécurité

Faisons un pari : venez vous promener quelques heures dans les rues de Méa Chéarim (quartier religieux de Jérusalem) ou de Bnei Braq (ville religieuse). Si vous ne vous sentez pas plus en sécurité que dans les rues de New York ou de Boston, je suis prêt à vous rembourser le billet d'avion ! Chiche ?

J'ai vécu aux États-Unis, en France, au Canada, en Angleterre… dans tous ces pays, l'insécurité y règne. En Israël, les rues de Tel-Aviv ressemblent à s'y méprendre à celles des grandes métropoles mondiales pour leur degré de violence et de crime. S'il existe un type de société qu'il faut rejeter, lequel devrait faire l'objet de notre choix ?

Il faut faire attention lorsqu'on dénonce quelque chose : s'agit-il de la raison d'un choix subséquent ou plutôt, d'une excuse que l'on se donne pour justifier un comportement particulier ?

Pour conclure, permettez-moi de vous citer une anecdote israélienne : dans les prisons du pays, une section distincte est réservée aux prisonniers religieux. Nourriture strictement kachère, tenue habituelle des hommes religieux autorisée, absence de la télévision… Ce cadre correspond au style de vie habituel de ces personnes. Savez-vous quelque chose ? Les gardiens ne battent pour être mutés dans ces sections : les prisonniers y sont exemplaires par leur conduite ! Comme quoi, même après avoir fauté, un juif religieux se distingue des autres !