Un sceau et son empreinte


Comprendre le Tsadiq lui-même est impossible car nous ne possédons aucune perception de ce qu'il est réellement. Le fait est qu'il se situe au-dessus de notre intelligence. C'est pour cette raison que c'est seulement grâce aux personnes qui sont proches de lui qu'il nous est donné de comprendre les vertus du Tsadiq.

La raison en est que ces personnes – qui sont certainement vertueuses, atteintes de la crainte du Ciel et parfaites – possèdent une certaine compréhension et perception de la nature du Tsadiq. D'autre part, nous ne nous trouvons pas aussi éloignés des proches du Tsadiq que du Tsadiq lui-même. Ainsi, il est possible pour la personne qui désire atteindre la vérité de connaître les vertus du Tsadiq à travers les disciples qui lui sont proches.

Cela peut être comparé à un sceau sur lequel des lettres et des formes ont été gravées. Il est impossible de lire les caractères qui y sont inscrits à cause du fait que les lettres ont été marquées à l'envers. C'est seulement lorsqu'on utilise le sceau et qu'on forme une empreinte sur la cire qu'il est possible de lire les lettres et de voir les formes qui y sont gravées. Alors, nous comprenons ce qu'il est écrit sur le sceau.

(Liqouté Moharan de Rabbi Na'hman de Breslev, I, 140)

Cette leçon nous permet d'apprendre qu'il serait futile de notre part de vouloir comprendre la véritable nature de l'enseignement des Tsadiqim. Leur intelligence dépasse tellement la nôtre qu'il est illusoire d'imaginer que nous pouvons saisir ce qu'ils disent, écrivent et font.

Si une personne s'attache à un Tsadiq spécifique plutôt qu'à un autre, cela n'est certainement pas parce qu'elle est capable d'apprécier pleinement l'enseignement de celui-ci par rapport aux enseignements des autres Tsadiqim. Pourtant, de nombreuses personnes ont choisi de s'attacher à tel Rav plutôt qu'à un autre, à tel courant de 'hassidouth plutôt qu'à un autre. Sur quoi ont-elles basé leur choix ?

Rabbi Na'hman nous apprend qu'en regardant les proches disciples d'un Tsadiq, il est possible de saisir une fraction de la nature de celui-ci. Tout en étant proches du Tsadiq, ces personnes ne sont pas à son niveau. Elles sont donc plus accessibles pour le commun des mortels.

Certes, il ne faut pas se passer de lire l'enseignement du Tsadiq, ainsi que de l'écouter de visu, s'il est encore de ce monde. Cependant, ce que nous retiendrons de son enseignement est de l'ordre des impressions. L'analogie faite par Rabbi Na'hman avec un sceau peut être comprise de la sorte :

Le Tsadiq ressemble à un sceau sur lequel il est impossible de comprendre les inscriptions. Cependant, lorsque le sceau laisse une marque – le Tsadiq avec ses proches disciples – il devient possible de lire et de comprendre le sceau – le Tsadiq – et d'avoir une idée plus précise de sa véritable nature.

Heureuses sont les personnes qui font l'effort de lire les inscriptions sur le sceau – d'apprendre l'enseignement du Tsadiq – et qui lisent les marques qu'il laisse – qui étudient les écrits des disciples du Tsadiq.