Liqouté Moharan - Leçon 6

Liqouté Moharan - Leçon 6

“La personne qui désire emprunter les chemins de la téchouva (du repentir) doit rassembler son courage et se renforcer dans les chemins de D-ieu. Elle doit agir de la sorte, peu importe si elle traverse une période de montée ou de descente spirituelle. Ceci correspond au verset (Psaumes 139:8) : 'Si j'escalade les Cieux, Tu es là ; si je fais de l'enfer ma couche, Te voici encore'.”

“En d'autres termes, même si nous traversons une période de montée spirituelle et que nous avons atteint un niveau élevé, nous ne devons cependant pas nous satisfaire de notre situation et faire du surplace. Plutôt, nous devons être experts de la notion suivante : savoir et être persuadés qu'il nous faut poursuivre notre avancée” (…)

“L'inverse est également vrai. Même dans le cas où nous sommes tombés de notre niveau spirituel – que D-ieu nous préserve – et même si nous nous retrouvons dans le plus profond des enfers, nous ne devons pas non plus désespérer, d'aucune façon. Plutôt, nous devons constamment chercher et désirer Hachem. Peu importe dans quel endroit où nous sommes, nous devons nous renforcer avec tous les moyens qui sont à notre disposition.”

“De fait, Hachem se trouve même dans l'enfer le plus profond et dans cet endroit aussi il est possible de s'attacher à D-ieu. Ceci correspond à : 'Si je fais de l'enfer ma couche, Te voici encore' (…)”

Rabbi Na'hman de Breslev utilisait précisément le terme “expert” lorsqu'il faisait référence à ce sujet. De fait, il s'agit d'une expertise extrêmement grande lorsqu'une personne mérite de savoir à quel point elle doit continuellement se donner du mal et travailler dur dans le service de D-ieu. Elle doit être persuadée – à chaque instant – de pouvoir atteindre un niveau spirituel plus élevé. À plus forte raison, elle ne doit laisser à aucune chose le pouvoir de la faire chuter. Même si une personne se trouve là où elle se trouve – qu'à D-ieu ne déplaise – elle ne doit pas se sentir découragée. De la sorte, elle remplira ce qui est écrit : 'Si je fais de l'enfer ma couche, Te voici encore'.”