Liqouté Moharan - Leçon 2

Liqouté Moharan - Leçon 4

“Lorsqu'une personne sait que tout ce qui lui arrive est pour son bien, ceci possède un goût du Monde à venir. (…) Cela ressemble à ce qu'à dit le Roi David (Psaumes 56:11) : “Lorsqu'il est Hachem [dans Son attribut de compassion], je célèbrerai Sa parole ; lorsqu'Il est Eloqim [dans Son attribut de justice stricte], je célèbrerai Sa parole.” (..) Cela signifie que nous savons que tout ce qui nous arrive est pour notre bien.”

“Savoir tout cela représente le savoir parfait. (..) En d'autres termes, nous ne faisons plus la différence entre la bienveillance et le jugement. (…) Par conséquent, qu'Il soit “Hachem” – ce qui correspond à la compassion – ou qu'Il soit “Eloqim” – ce qui correspond au jugement strict – tout est pour notre bien et la conséquence de l'amour que D-ieu ressent pour nous”, tel qu'il est écrit (Proverbes 3:12) : “Celui qu'Il aime, l'Éternel le châtie.” (Liqouté Moharan I:4)

Bien comprendre ces paroles est indispensable pour faire face aux défis de la vie quotidienne. Face à l'adversité et au comportement quelques fois hostile à notre égard de certaines personnes, il est possible de catégoriser notre réaction de la sorte :

1) Nous perdons le contrôle de nous-mêmes et laissons exprimer notre colère ;

2) Nous gardons le calme, mais en notre fort intérieur, nous ressemblons plutôt à une marmite sur le feu ;

3) Nous parvenons à être heureux-ses et joyeux-ses malgré ce que nous avons subi ;

4) Nous parvenons à être heureux-ses et joyeux-ses grâce à ce que nous avons subi.

Savoir nous situer pour pouvoir progresser

Les cas de figures sont innombrables et il nous est impossible de les inclure tous dans notre exemple. Pourtant, chaque personne selon ce qu'elle vit et ce qu'elle a subit parviendra sans mal à savoir à quelle catégorie elle appartient.

Les tests que nous vivons ont tous été voulus et envoyés par Hachem. Il n'y a pas lieu de s'énerver contre la personne dont le comportement nous touche : elle est à son insu le messager de D-ieu. Élever la voix contre elle, s'est l'élever contre Hachem, que D-ieu nous préserve.

Avant toute chose, nous devons continuellement chercher ce que chaque situation peut nous apprendre. La réaction désagréable à notre égard d'une personne est peut être l'occasion de réfléchir sur un trait de caractère ou une action que nous devrions améliorer ou rectifier. Ensuite, nous devons admettre la Perfection divine et reconnaître que c'est grâce à elle que nous pouvons nous rapproche du Créateur.

Même s'il ne nous est pas donné chaque fois de comprendre ce que nous vivons, nous devons nous en remettre à l'émouna (la foi) simple et pure. Nous savons que D-ieu nous aime et fait ce qu'il faut pour nous ouvrir le chemin de la Sainteté. Lorsque le chemin semble se remplir d'épines, il nous suffit de continuer à avancer et – idéalement – réaliser que ces épreuves provisoires sont les outils dont nous avons besoin pour continuer à progresser sur l'échelle spirituelle.

Cela vous semble difficile ? C'est sans doute pour cela que selon Rabbi Na'hman, la personne qui parvient à comprendre parfaitement cela possède un “goût du Monde à venir.” Heureuses sont les personnes qui atteignent ce niveau et qui doit être l'objet de toutes nos prières.