Enfants : gardons notre calme (1)

Éducation des enfants : un programme de 40 jours

Voici le premier article - d'une série de trois - à propos d'un programme de 40 jours proposé par le Rav de Sudilk pour améliorer les relations que nous entretenons avec nos enfants. À l'origine, ce programme a été pensé pour une personne qui éprouve de la difficulté à garder son calme face aux agissements de ses enfants. Considérant que nous ressemblons tous-tes à cette personne – à un moment ou à un autre – je vous propose la lecture de ce plan que je conseille vivement de mettre en pratique.

D'après le Rav de Sudilk, il faut prendre un bloc-notes et tracer un nombre de colonnes équivalent au nombre d'enfants dans la famille. Ces colonnes nous permettront d'écrire – chaque jour – les aspects positifs de chacun de nos enfants. Le soir, avant de réciter le Chéma' et de se coucher, nous devons lire à voix haute ce que nous avons écrit.

Lorsque le Rav de Sudlik donna ce conseil à cette personne, celle-ci releva que d'après elle, sa réussite au quotidien lui semblait entièrement hors de son contrôle dans la mesure où en fin de compte, la réussite ou l'échec d'une éducation se trouve entre les mains d'Hachem. De fait, la personne nota qu'elle pouvait commencer sa journée avec un large sourire sur son visage, des paroles gentilles et une patience sans limite… et faire cependant face à une journée de fiasco. Le plus souvent, ceci aboutissait à lui faire perdre son calme. Peu importe si elle avait bien agi ou non durant ces journées, le résultat était souvent le même.

Le Rav écouta les objections de la personne et répéta l'importance d'utiliser le bloc-notes. Il mentionna que pour lui aussi, il ne pensait pas qu'utiliser un bloc-notes pour cette raison était au-dessous de sa dignité. Il stoppa les remarques formulées et conseilla à la personne de commencer ce jour même le plan de 40 jours qu'il lui avait suggéré. En toute logique, la personne ne parvenait pas à comprendre comment elle pourrait rencontrer le succès dans son entreprise. Elle décida cependant de mettre son cerveau ce côté et d'accepter les mots du Rav avec une émouna (foi) simple en se persuadant que la raison se trouvait dans ces paroles.

La paix dans la maison

Ce soir-là, en rentrant à son domicile, la personne se saisit d'un bloc-notes qui se trouvait dans sa table de nuit. Elle divisa la première page en trois colonnes (le nombre de ses enfants) et commença à écrire les bons aspects de chacun de ses enfants. Également, elle se souvint de ce qu'elle avait appris dans la paracha Pin'has et à propos d'un verset dans les Psaumes (34:15) : “Recherche la paix et poursuit la.” Selon le Rav Chmouel Voltess – un élève du Rav Raphaël de Bershad – afin de faire la paix, il n'est pas utile de commencer une campagne mondiale pour atteindre la paix dans le monde. Plutôt, il faut se concentrer à établir la paix entre nous-mêmes et nos enfants – dans notre propre maison – ce qui permettra d'apporter la paix dans le monde.

Afin d'assurer son succès, la personne décida également de donner l'équivalent de 15 euros en tsédaqa chaque fois que son fils ou sa plus grande fille le mettrait en colère. Chaque soir, avant de rentrer à son domicile, elle se rappelait régulièrement qu'elle devrait payer une amende si elle perdait son calme. Elle demandait aussi à Hachem de l'aider à atteindre son objectif ce soir-là, en se souvenant de la remarque du rabbin Pelé Yoetz (1785-1826) :

“Sonder le fonctionnement de l'esprit d'un enfant exige une grande compréhension ; il en va également ainsi pour se comporter d'une façon appropriée avec lui.”