Guerres de religion ? (1)

Guerres de reliogion ? (1)


“Cher David-Yits'haq,

Je trouve que la plupart des religions imposent une morale étroite qui peut rendre violent ou frustré et empêche de voir la vie en face. Les vrais problèmes d'aujourd'hui : surpopulation mondiale et disparition de la nature n'y sont guère traités. D'autre part, je suis persuadé que le monde et la terre sont vieux de plusieurs milliards d'années, ce qui n'est guère le cas selon la Bible. Enfin, vous devez admettre que tous les conflits actuels sont de nature religieuse. Ne trouvez-vous pas tout cela suffisant pour ne pas être religieux ?” (F.R. de France)

La troisième partie de ma réponse peut être lue en cliquant ici.

Cher F.R.,

Quatrième – et dernier – aspect de votre question, vous citez comme raison de votre éloignement de la religion que “ tous les conflits actuels sont de nature religieuse”, ce qui ne motive guère une personne à se rapprocher de ses racines saintes. Sur ce point, je suis d'accord sur une partie de votre réaction. Permettez-moi auparavant de relever les points de divergence.

Les conflits les plus importants du 20ième siècle
Cela fait déjà plusieurs années que les média le savent : la télé ou le journal qui désire augmenter son taux d'audience ou son tirage confectionne un titre ressemblant à “Conflits : la faute aux religions” et le succès est garanti. Arrivé à ce stade de notre raisonnement, cela ne devrait pas nous surprendre. Nous vivons dans un monde non religieux et – consciemment ou non – tout ce que l'individu peut faire pour se conforter dans ses choix de vie est toujours bon à prendre.

Pourtant, si l'on opère une vision objective de la nature des conflits les plus destructeurs du 20ième siècle, nous serons certainement d'accord pour affirmer que la religion n'y prenait pas la place la plus importante.

Dans les guerres récentes les plus destructrices (1ière et 2ième guerres mondiales), la religion n'a pas tenu une place particulière. Plutôt, il s'agissait de conflits dont les origines sont classiques à l'immense majorité des guerres : volonté étatique d'agrandir son influence et-ou son territoire. Même l'antisémitisme nazi qui a causé la Shoah ne peut pas être défini comme un facteur religieux. Si cela avait été le cas, les juifs non religieux n'auraient rien eu à craindre.

De fait, nous pouvons sans doute faire le parallèle avec la situation peu brillant qui existe de nos jours en France avec – entre autres – les agissements de Dieudonné. Qui pourrait penser que cet oiseau de mauvais augure pense à la religion lorsqu'il déverse son venin ? Il en veut aux juifs, peu importe le type auxquels ils appartiennent.

Ainsi, à moins de jauger l'histoire au jour le jour – et de ne rien apprendre du passé – il est possible de dire que la religion n'est pas un facteur déterminant des grands conflits de l'histoire mondiale récente.

La question de l'islam
Certes, je vous accorde que les évènements actuels semblent accorder une place prépondérante – à raison me semble-t-il – au rôle de l'islam dans les tragédies humaines dont nous avons été les témoins depuis quelques années. Si nous posions la question suivante à plusieurs personnes : “De quelle origine sera – selon vous – le prochain attentat dans le monde : juif, chrétien ou musulman ?” il est certain que l'islam remporterait la palme.

Cette place de l'islam est sans doute l'équivalent moderne du rôle de l'Église romaine des Croisades du moyen-âge. Dans les deux cas, une mouvance religieuse s'immisce sur le terrain du politique et emploi la violence afin d'arriver à ses fins. Sur ce point, je pense que nous partageons la même opinion et il n'est donc pas nécessaire d'épiloguer.

D'autre part, l'histoire prouve que le judaïsme a toujours eu un rôle différent. Cela sera le sujet d'un prochain article.