Le reclus local (2)



(Pour lire la première partie de cet article, cliquez ici)

Légèrement gêné, l'invité resta évasif un long moment avant de divulguer finalement son secret en une phrase : “La rabbanite a mis une carotte dans la soupe de poulet…”

Lorsque Mme Lang me dit cela, mon visage trahit mon étonnement. Cependant, avec un air espiègle, elle m'offrit sa propre explication de cette remarque cryptique. “À cette époque, il y avait toutes sortes de 'isme' dans le monde juif.
a
Pour faire simple, disons qu'il y avait d'un côté les personnes que ne changeaient rien et, d'un autre côté, celles qui désiraient changer ceci ou cela. Mon père et Rabbi Luria faisaient partie du premier groupe de personnes. Lorsque Rabbi Luria aperçut cette carotte dans la soupe, il comprit qu'il s'agissait d'un signe que la femme de l'autre rabbin s'était distancée de la tradition. Conséquemment, leur invité avait maintenant des doutes à propos de la kachroute de leur maison.”

“Mon père comprit son appréhension et il lui demanda s'il désirait se joindre à nous pour le repas du jour. À partir de ce jour, Rabbi Luria passa chaque semaine le Chabath chez nous.”

Lorsque je fis chiv'a pour le décès de mon père – dans la ville de Norwich – un membre de la famille nommé Lou Fox était présent. Il se souvenait que lorsque Rabbi Luria décéda, il avait aidé à la transmission des biens à sa famille, à son enterrement… Il se souvenait de Rabbi Luria comme d'une personne extraordinaire et unique, un homme qui n'était pas de ce monde.