Le reclus local (1)




Dans ma ville natale de Norwich (USA), je connaissais une vieille dame gentille et pieuse. Elle s'appelait Mme Sarah Lang. Le père de Mme Lang – Rabbi Israël Stamm – avait été un érudit et un posseq réputé dans cette ville, au début des années 1900. Comme la plupart des habitants juifs de Norwich (y compris ma famille), Rabbi Stamm était originaire de la ville de Shat, en Lituanie.

Un autre “compatriote” – qui était proche de ma famille – était un porouch (un reclus) du nom de Rabbi Yits'haq Luria. Comme son homonyme du 16ième siècle, Rabbi Luria était un kabbaliste, en dépit du fait qu'il provenait d'une famille de tradition lithuanienne. (Il se pourrait qu'il fût de la même famille que Rabbi David Luria, un disciple proche de Gaon de Vilna et auteur d'un commentaire important à propos de Pirqé Rabbi Eliezer, mais je ne suis pas certain).

Mme Lang me dit un jour que Rabbi Luria avait l'habitude de passer toute la semaine dans une petite cabane sur le terrain d'une ferme – à quelques kilomètres de Norwich – près du shtel de New England de la ville de Montville. Le Chabath, il avait l'habitude de se joindre à la famille Stamm et d'accompagner son ami Rav Israël à la synagogue.

Mme Lang se souvenait avec nostalgie des échanges verbaux entre son père et son invité à propos de la paracha de la semaine. Ensuite, après les prières de Cha'harith et Moussaf, Rabbi Luria allait dans la maison d'un autre érudit afin d'y partager le repas de midi. À son retour, et tandis que ses hôtes faisaient la sieste de l'après-midi, il s'asseyait tranquillement dans la salle à manger afin d'étudier quelques instants. Au bout d'un moment, il fermait ses yeux et se mettait à chantonnait des mélodies sans paroles d'une déveqouth extraordinaire à Hachem. Il chantonnait de la sorte jusqu'à l'heure de la prière de Min'ha.

Un Chabath après-midi, Rabbi Luria revint dans la maison de la famille Stamm, tandis que celle-ci venait tout juste de commencer le repas de midi. “Rav Yits'haq,” Rabbi Stamm s'exclama, “qu'est-il arrivé pour que vous soyez de retour si tôt ? Quelque chose ne va pas ?”