Azamra - Je chanterai (2)



Leçon 282 du Liqouté Moharan


2ième partie

Pour lire la 1ière partie, cliquez ici

“De même, nous devons aussi trouver en nous-mêmes [un aspect positif]. De fait, nous savons que nous devons nous faire extrêmement attention à être toujours joyeux et à nous tenir éloignés très loin de la tristesse.”

“Lorsque nous commençons à nous examiner et que nous constatons qu'aucun bon ne se trouve en nous et que nous sommes remplis de péchés, il se peut que le mauvais penchant désire nous faire sombrer dans la dépression et dans la mélancolie, que D-ieu nous protège.”

“Même dans ce cas, il est interdit de tomber à cause de cela. Plutôt, nous devons chercher – et trouver – en nous-mêmes un minimum de bien. En fait, comment se pourrait-il que de toute notre vie, nous n'ayons pas fait au moins une mitswa ou quelque chose de bien ?”

“Il se peut que lorsque nous commençons à examiner cette chose qui est bien, nous constatons qu'elle aussi est pleine de défauts et qu'elle ne contient aucune pureté. C'est-à-dire que nous réalisons que cette mitswa ou cette chose sainte que nous avons mérité de faire est également pleine de motifs peu honorables, de pensées profanes et de nombreuses imperfections.”

“Malgré tout, comment ce pourrait-il qu'il ne se trouve pas en cette mitswa ou cette chose sainte un minimum de bien ? Une fois tout considéré, il doit avoir certainement un aspect positif en cette mitswa ou en cette chose bonne que nous avons faites.”


Surtout, ne pas tomber !


“De fait, nous devons chercher et faire notre possible pour trouver en nous-mêmes un minimum de bon. C'est celui-ci qui nous ranimera et nous amènera à la joie. Grâce à cette recherche d'un minimum de bon en nous-mêmes – et au fait que nous le trouvons – nous quittons véritablement notre position désavantageuse et nous nous accordons le bénéfice du doute. C'est cette attitude qui peut nous permettre de nous repentir. Ceci correspond au verset “encore un peu, et le méchant ne sera plus; tu observeras sa place, il en aura disparu.”

“Cela signifie que de la même façon que nous devons juger les autres en leur accordant le bénéfice du doute – même en ce qui concerne les personnes méchantes et trouver en elles un quelconque aspect positif, ce qui leur permet de quitter véritablement leur position désavantageuse et leur accorder le bénéfice du doute, ce qui correspond au verset “encore un peu… et tu observeras” – nous devons agir de la même façon avec nous-mêmes.”

“Nous devons nous juger avec le bénéfice du doute et trouver en nous-mêmes le plus petit aspect positif. C'est cette attitude qui nous permet de nous renforcer et de ne pas tomber complètement, que D-ieu nous préserve. Au contraire, nous devons nous ranimer et réjouir notre âme avec ce minimum de bon que nous trouvons en nous-mêmes : que nous avons mérité dans notre vie de faire une certaine mitswa ou une chose bonne.”