Paracha Chémoth - Rabbi Nathan de Breslev


« Un roi nouveau s'éleva sur l'Égypte, lequel n'avait point connu Yossef. » (Exode 1:8)

Yossef représente l'ensemble des aspects positifs que l'on trouve dans chaque membre du Peuple d'Israël. De fait, chaque personne juive reçoit sa vitalité des Sages et des Justes qui symbolisent le Patriarche Yossef.

Chaque jour de notre exil – dont le début remonte à la présence des Juifs en Égypte – s'élève un « roi nouveau » qui prétend ne pas nous connaître. En d'autres termes, chaque jour, le mauvais penchant qui réside en chacun d'entre nous se renforce encore plus et prend les apparences d'une nouvelle entité, d'un phénomène entièrement nouveau.

Si notre mauvais penchant est appelé un « roi », c'est parce qu'il possède une force importante qui peut nous emporter – que D-ieu nous protège – si nous n'y prêtons pas garde. Malgré tout, ce roi est l'équivalent d'un « roi vieux et stupide » (Koheleth 4:12) car nous possédons les ressources nécessaires pour le vaincre... si nous le désirons réellement.

C'est de ce roi stupide que tous ceux qui s'opposent à chacun d'entre nous tirent leur force. Le mauvais penchant est – en quelque sorte – leur chef de clan : il s'oppose d'une façon constante à notre volonté de faire le bien, de prier et d'étudier la Tora le plus souvent que nous pouvons, à notre rapprochement avec le Créateur du monde...

Dans cette lutte, nous ne devons jamais penser que nous sommes seul à vivre une expérience unique ; ceci serait le meilleur moyen de nous décourager. Plutôt, nous devons réaliser qu'à chaque génération et qu'à chaque instant, ce sont toutes les âmes juives qui ont dû faire à une forme ou à une autre d'opposants qui, dans certains cas, voulaient ni plus ni moins les détruire entièrement, que D-ieu nous préserve.

Ceci est l'équivalent du « roi nouveau » qui est cité dans le verset de notre paracha. Selon la Guémara, il existe un débat afin de savoir si ce roi était réellement nouveau ou s'il s'agissait plutôt du même roi, mais qui avait décidé d'adopter une nouvelle attitude envers les Juifs présents en Égypte et de prendre à leur encontre des nouveaux décrets sévères. En vérité, chacune de ces opinions est exacte.

Ceux qui s'opposent à nous d'une façon générale, ainsi que notre mauvais penchant en particulier, se renouvellent chaque jour et font preuve d'une force inouïe. Leur puissance est telle que nous pouvons penser que les difficultés que nous éprouvons alors n'ont pas leur égale dans le monbde.

D'autre part, notre mauvais penchant décrète à notre égard des nouveaux obstacles et défis, chaque jour. Tout ce qu'il nous fait subir ne possède qu'un seul objectif : celui de nous faire tomber de notre niveau spirituel et éventuellement, de nous faire disparaître entièrement de ce monde, qu'à D-ieu ne plaise.

Dans tous les cas, nous devons redoubler d'ardeur – dans nos prières, notre étude de la Tora et nos bonnes actions – afin de ne pas devenir leur otage.

Le roi de notre verset a fait semblant (selon la Guemara) de ne pas connaître Yossef. Cela est une allusion à nos opposants qui font semblant de ne pas connaître la grandeur de nos Sages et de nos Justes, dont Yossef est le prototype. Pourtant, ce sont eux qui possèdent la force de nous guider et nous conseiller afin de nous élever d'une façon merveilleuse.

(Traduit et adapté de Rabbi Nathan, Liqouté Halakhoth, Ora'h 'Haïm, Halakhoth 'Erouvin – Troumin, halakha 6:18)