L'épanchement de l'âme (21)



(Pour lire l’introduction de cette série d’articles, cliquez ici.)

Rabbi Na'hman nous a expliqué à plusieurs occasions que lorsqu'une personne est joyeuse à longueur de journée, il lui est facile de consacrer une heure par jour à répandre son cœur et à parler de ce qui lui est cher à D-ieu. Cependant, lorsqu'elle est triste – que D-ieu nous préserve – il lui est extrêmement difficile de s'isoler et de parler à D-ieu.

Si'hoth HaRan 20

Le concept de répandre son cœur est très différent du sentiment de tristesse. De fait, répandre son cœur trouve son origine dans notre cœur même, tandis que la tristesse provient d'un sentiment mélancolique et ce dernier trouve sa racine du côté du mal. Si D-ieu déteste la mélancolie, la personne qui répand son cœur Lui est plaisante et très chère à Ses yeux.

Il serait très bien pour chaque personne de répandre son cœur pendant tout le jour. Cependant, pour des personnes telles que nous, cela n'est pas réellement faisable. Autrement, nous pourrions facilement passer de la volonté à répandre notre cœur à un sentiment de tristesse – que D-ieu nous préserve – ce qui est entièrement interdit pour toute personne.

Par conséquent, nous devons nous isoler une heure chaque jour afin de répandre notre cœur, c'est à dire : nous retrouver seuls et répandre notre cœur devant D-ieu. Cependant, le reste du jour, doit être vécu uniquement avec un sentiment de joie.

La tristesse ressemble à la colère et à l'irritabilité. Cela est identique à une personne qui se fâche et qui se plaint à D-ieu à propos de ce qui lui arrive, que D-ieu nous préserve. En d'autres termes, cette personne dit à D-ieu qu'Il ne fait pas ce qu'elle désire.

Cependant, la personne qui répand son cœur est l'équivalent d'un fils qui supplie son père. Elle ressemble à un enfant qui se plaint et qui pleure devant son père en le suppliant.
a
Si'hoth HaRan 42

Après qu'une personne ait répandu son cœur, elle ressent de la joie. Ceci est le véritable signe qui permet de savoir si nous avons réellement ouvert notre cœur à D-ieu : après avoir répandu notre cœur, nous devons ressentir un sentiment de joie.
a
Si'hoth HaRan 45