Un mode d'emploi précieux (1)


Connaissez-vous une personne qui conduirait une voiture sans avoir appris auparavant ? De nos jours, peut-on penser sérieusement savoir utiliser un appareil ménager sans lire au préalable son mode d'emploi ? En fin de compte, cela semble tellement logique : afin d'obtenir le maximum d'un produit spécifique, il faut en connaître les caractéristiques et les détails de fonctionnement.

Pourtant, lorsqu'il s'agit de nous-mêmes, nous oublions le plus souvent cette logique simple. La conséquence est tragique : nous sommes l'équivalent d'un éléphant dans un magasin de porcelaine. Peu importe ce que nous disons à notre conjoint, nos enfants, notre patron... : nous sommes rarement écoutés et nous avons le plus souvent de la difficulté à discerner l'impact positif de nos paroles sur notre environnement.

La raison de cette situation peu enviable est évidente : nous n'avons pas lu le mode d'emploi de notre vie. Inutile de culpabiliser : personne nous l'a donné, personne nous en a parlé.

Pour quelle raison sommes-nous prêts à passer des heures à lire le guide d'installation d'un appareil électrique et en même temps, refuser de réfléchir à notre propre personne ? La réponse à cette question fait partie des difficultés à résoudre si on a opté pour l'ignorance.

Ainsi, nous devons connaître les deux éléments de base qui forment chaque être humain : le bon penchant et le mauvais penchant. Nous devons savoir également qu'à chaque bonne action ou pensée positive d'un individu, cela signifie que cette personne a laissé libre cours à son bon penchant. A l'inverse, à chaque action ou pensée répréhensible – que D-ieu nous préserve – cela signifie que nous avons échoué face à notre mauvais penchant.

L'enseignement de cette leçon est de prendre conscience que nous sommes les adversaires de notre mauvais penchant et que si nous échouons à l'occasion face à lui, rien ne sert de nous mortifier : l'accusé c'est lui ! Nous désirions faire le bien ; nous voulions réussir. C'est notre mauvais penchant qui a pris le dessus. Remontons nos manches et reprenons la lutte de plus belle : promettons-nous que la prochaine fois, nous gagnerons. Peu importe si nous échouons de nouveau ; le plus important est de vouloir bien faire.

Si nous désirons augmenter notre capacité à battre régulièrement notre mauvais penchant, nous devons absolument en connaître la caractéristique principale : celui de nous éloigner de D-ieu. Peu importe sa tactique et toutes les trappes qu'il nous tend ; si nous réalisons que l'objectif du mauvais penchant et d'augmenter la distance qui nous sépare de notre Créateur, nous pouvons reconnaître les situations dans lesquelles nous sommes face à lui.

Les armes préférées du mauvais penchant sont diverses : la colère, la tristesse, la faible estime que nous avons de nous-mêmes... Tous ces sentiments sont l'œuvre du Satan (un autre nom pour le mauvais penchant) et sont à proscrire de notre vie.

Suite...