Un meurtre en chapeau noir


Nous prétendrons qu'elle s'appelle Isabelle. Sa question est touchante : après avoir été élevée d'une façon laïque, Isabelle désirait se rapprocher de D-ieu. Elle ne savait pas comment, ni à qui le demander. A choisir parmi différentes possibilités, elle choisit celle de ne plus porter le pantalon. Munie de quelques jupes fraîchement achetées, elle arborait ainsi sa nouvelle résolution. Pour le moins, cela passerait plus inaperçu que de porter une kippa pour un homme !

Pour autant, les amies d'Isabelle commencèrent à la railler. Que signifiait sa décision ? Allait-elle devenir une extrémiste religieuse ? La future Grand rabbin de France ? Lorsque le mauvais penchant a décidé d'attaquer, il lui arrive fréquemment d'utiliser nos meilleurs amis afin de nous toucher au cœur...

Isabelle tint quelques mois. Elle voulait persévérer, mais devoir perdre ses amies, sans en trouver véritablement de nouvelles, l'inquiétait. Après six mois de combat héroïque, elle mit ses robes au placard et ressortit ses pantalons. Ses amies criaient victoire, tandis que l'âme sainte d'Isabelle pleurait. Sans pleinement réaliser qu'en agissant ainsi elle écoutait les sanglots de son âme, Isabelle rencontra un rabbin pour lui demander conseil ; elle désirait tellement rester attachée à ses racines... Que pouvait-elle faire ? Que devait-elle faire ? Isabelle ignorait que le mauvais penchant pouvait également porter un chapeau noir.

Le rabbin aurait dû tomber de sa chaise. “Quoi ? Malgré la mode actuelle, vous avec eu le courage de porter seulement des jupes pendant six mois ? Malgré les railleries de vos amies ? J'admire votre courage ! Persévérer aussi longtemps contre les moqueries des personnes qui vous sont si chères... quel exploit grandiose ! Vous devez être une personne réellement unique, exceptionnelle !”

Nous ne plaisantons pas. Lorsqu'une personne va contre vents et marées et fait ce que son âme lui conseille, elle remue des montagnes de spiritualité. Dans le ciel, les anges sont remplis de joie et trépident devant une action aussi remarquable.

Ce rabbin avait la possibilité de redonner courage à Isabelle. “Vous êtes exceptionnelle ! Ne vous découragez pas. Remettez vos pantalons au placard et ressortez vos belles jupes. Les échos de votre âme sont plus importants que les moqueries cruelles de vos amies. De fait, celles-ci méritent-elles votre amitié ? Me permettrez-vous de vous présenter à ma femme ? Elle connaît plusieurs jeunes filles dans votre situation et vous aurez certainement beaucoup de choses à partager si vous les rencontrez.”

Il y avait tant à dire. “Ce que vous avez fait tient du miracle. Si vous saviez ce qu'on en dit au ciel ! D-ieu prend un grand plaisir lorsqu'on pense à Lui dans ce monde-ci. Continuez, persévérez... Voici le téléphone de ma femme. Appelez-la, appelez-moi lorsque vous le désirerez. Persévérez. Vous êtes extraordinaire...”

Cependant, le mauvais penchant avait revêtu ses habits noirs et son chapeau de rabbin. C'est le mauvais penchant qui a parlé et qui a tué spirituellement Isabelle. La sentence est tombée comme un couperet : “Si vous avez rangé vos jupes, c'est que vous ne désirez pas réellement les porter ! Les personnes faibles comme vous n'arrivent jamais à rien. Au revoir.”

Le rabbin a tué Isabelle. Elle était venue pleine d'espoir en entendant la parole qui lui ferait reprendre le bon chemin. Le mauvais penchant en chapeau noir l'a tuée. On n'a plus jamais revu Isabelle. J'ai bien peur qu'elle est jeté ses jupes.

Qu'elle est terrible la faute de ce rabbin !