Prier... pour de bon



De quelle façon pouvons-nous accorder la plus grande marque de reconnaissance envers le Maître du monde ? Grâce à la prière. S'il existe bel et bien quelque chose qui peut sembler entièrement futile, c'est de prier. Cependant, grâce à nos prières et à nos requêtes faites à Hachem, nous faisons preuve de l'immense respect dans lequel nous Le tenons.

Plus particulièrement, c'est la prière appelée “Chémoné 'Esré ” qui représente le pinacle de toutes les prières. Cette prière – que tout homme juif doit prononcer trois fois par jour – rassemble les points fondamentaux qui sont répartis dans les autres formes de prières. Certes, chaque prière nous permet de mettre l'accent sur le respect que nous éprouvons à l'égard de D-ieu. Cependant, celle du Chémoné 'Esré est unique en son genre car nous faisons référence à l'essence de la perfection et de la grandeur de D-ieu lorsque nous récitons les dix-huit (en hébreu : chémoné 'esré ) bénédictions de cette prière.

En priant le Chémoné 'Esré, nous demandons à Hachem de nous procurer tout ce dont nous avons besoin dans ce monde. De la sorte, nous portons témoignage de la puissance extrême du Créateur : tout – absolument tout – provient de Lui. D-ieu dirige le monde et Il supervise les moindres détails propres à la vie de chaque individu. En son pouvoir, se trouve tout changement au cours normal de notre vie qu'Il pensera être adéquat.

Le pouvoir de D-ieu est partagé avec celui de chaque personne. Qu'il est réconfortant de savoir qu'Hachem nous a confié le pouvoir de L'apaiser grâce à nos prières. Ainsi, dans les cas où notre raison nous porte à croire que D-ieu serait justifié d'être en colère à notre égard – que D-ieu nous protège – nous avons le pouvoir d'amoindrir et même d'annuler la Colère divine. En priant et en formulant des louanges, nous pouvons littéralement changer le cours normal des choses. Quelle puissance repose entre nos mains !

Prenons conscience que nous pouvons réellement modifier l'Attitude divine envers notre pauvre personne de l'aspect de jugement strict à la clémence absolue. Cela n'est pas une petite affaire. Annuler le pouvoir de D-ieu : pensons-nous vraiment pouvoir y arriver ? Le plus souvent, cette idée se situe très loin de nous. Pourtant, elle doit nous accompagner à chaque instant de notre vie, à chaque lieu où nous nous trouvons. Face à notre volonté, Hachem se plie. Soyons-en certains-es.

C'est cela qui représente le plus grand et le plus absolu respect que nous pouvons avoir envers D-ieu. Être convaincus-es qu'Il est à notre écoute, prêt à annuler Sa volonté pour faire place à la nôtre. À l'inverse, chaque fois que nous doutons de cette réalité, nous n'accordons pas à Son respect l'amplitude que nous devons. Même si nous louons Hachem et que nous Le prions – et que de la sorte, nous accordons une certaine importance à Sa grandeur – nous n'atteignons qu'une faible mesure du respect que nous Lui devons si nous mettons en doute Son désir de nous écouter.

Résumons-nous : certes, D-ieu est le Dirigeant suprême de l'univers et rien n'est hors de Sa portée, de Son pouvoir. D'autre part, chaque personne possède le pouvoir de se faire écouter par Hachem, au point où celui-ci s'effacera entièrement pour exaucer la volonté d'un simple mortel. Croire cela avec une conviction parfaite représente l'émouna (foi) parfaite. Puissions-nous nous en rapprocher, chaque jour un peu plus. Amen !