L'obsession matérielle


Lorsqu'une personne quitte ce monde, elle laisse derrière elle ce qu'elle a accumulé pendant toute sa vie. Nous savons cela. Pourtant, il n'est pas certain que nous vivions au jour le jour en y pensant.

Une des preuves de l'amour que D-ieu porte aux juifs et de nous avoir donné la fête de Pâques. A l'approche de celle-ci, les maisons juives sont généralement sans dessus-dessous ; bien malin est celui qui peut parier sur la miette de pain qui pourrait échapper aux yeux vigilants d'une horde qui en veut à tout ce qui ressemble à une miette !

En faisant chaque année le ménage de Pâques, nous avons la possibilité de constater ce que nous avons accumulé au cours des douze mois qui précédent. Généralement, le constat n'est guère à notre avantage. Notre obsession de l'accumulation nous fait acheter le plus souvent ce dont nous n'avons pas réellement besoin. Une nouvelle paire de chaussures : la septième ? La vingtième ? Un nouveau pantalon : le huitième ? Le quinzième ? Etc.

D-ieu a voulu que la plupart d'entre nous vivions dans des pays riches. Nous avons la possibilité de tirer cette situation à notre avantage ou – que D-ieu nous préserve – de la rendre nuisible à nos efforts spirituels.

Nous devrions remercier D-ieu pour tout ce que nous possédons, absolument tout. Du plus petit verre à pied, jusqu'à la belle maison de maître, est-il pensable que nous possédions quelque chose sans que le Créateur ne l'ait souhaité ? Ainsi, rien ne sert de croire en notre pouvoir de travail, en la force de nos mains. Nous devons reconnaître que c'est D-ieu qui nous a donné ce que nous avons et nous devons profiter de cela pour Le prier afin qu'Il continue de nous donner ce que nous désirons.

Rien n'est plus désagréable qu'un enfant jamais satisfait et ingrat. C'est pour cela que nos biens matériels doivent être la source d'une grande satisfaction... peu importe ce que nous possédons. Celui-ci a beaucoup, tandis que celui-là possède peu. D-ieu a décidé tout cela et nous devons faire confiance en la justesse de Ses décisions.

De plus, nous devons saisir toutes les opportunités pour remercier et louer D-ieu pour Son extrême bonté à notre égard. Si prier le Maître du monde pour demander un bien matériel n'a rien de mal en tant que tel, considérer notre Créateur comme une banque n'est sans doute pas le meilleur moyen de Lui faire justice.

Si nous passons la majorité du temps de nos prières à formuler nos demandes personnelles, nous attribuons à D-ieu le rôle de banque. Cependant, si nous passons un temps appréciable à Le remercier, à Le louer, nous remplissons notre fonction dans ce monde.

Rappelons que ce dernier est de révéler la Gloire de D-ieu... et pas la nôtre !