Obstacles


(Il s'agit de la quinzième partie du livre "L'appel de minuit". Vous pouvez lire la quatorzième partie en cliquant ici.)

II peut arriver que juste après que vous avez décidé de changer votre emploi du temps pour dormir la moitié de la nuit, afin de vous lever pour 'Hatsoth, tout semble conspirer à vous contrer : ou bien un flot soudain d'invitations ou bien un défilé d'invités: parents, amis.... ou bien de fausses alertes, sans parler des difficultés de travail, des appels téléphoniques urgents, des problèmes de plomberie, etc., etc... Même quand on se couche à l'heure, il y a des nuits où on manque 'Hatsoth, des nuits où on se réveille mais qu'on se sent trop fatigué pour se lever et qu'une foule d'autres problèmes d'adaptation font obstacle.

Il faut parfois des mois, voire des années d'efforts répétés, de succès partiels, d'échecs, de frustration, d'efforts renouvelés, d'échecs supplémentaires, de périodes de désespoir et d'efforts renouvelés pour réussir à se lever régulièrement à 'Hatsoth. On peut parfois se lever tous les soirs pendant des mois, sentir qu'on a finalement « percé », pour s'apercevoir après que tous les vieux obstacles surgissent soudain de nouveau et même plus forts que jamais : il faut alors reprendre depuis le début.

Il ne faudrait pas s'étonner de cet état de choses si on prend en considération la valeur inestimable de 'Hatsoth, que Rabbi Na'hman appelait la « principale dévotion du juif ». Rabbi Nathan ajoutait que la rédemption finale viendra par le mérite de ceux qui se lèvent pour 'Hatsoth. Rabbi Na'hman enseigne que plus le but poursuivi par le juif dans le domaine spirituel est élevé, plus les obstacles sont puissants. L'explication est que le juif ne peut atteindre son but que par la force de son désir et les obstacles lui sont envoyés pour accroître ce désir. Dès que le désir est assez fort, les obstacles s'effondrent tout simplement.

Éloigner pour mieux s'approcher

« Lorsqu'un juif veut faire quelque chose pour son judaïsme et plus particulièrement quelque chose de très..., on lui oppose un obstacle dont le but est d'accroître son désir... Il en est de même quand on montre à un enfant quelque chose qui l'attire et qu'on le lui cache immédiatement. L'enfant vous poursuit et vous supplie de lui donner cet objet. Nous voyons que si l'enfant désire si intensément cet objet, c'est parce qu'on le lui a enlevé. De la même façon, nombreux sont les obstacles et les barrières qu'on nous oppose pour nous empêcher d'accomplir ce qu'il y a à faire... pour accroître en conséquence notre désir de le faire... »

« Le juif doit poursuivre ses objectifs saints et ses ambitions. Quand son désir s'accroît vraiment, il peut certainement briser toutes les barrières et réaliser ses vœux. Les obstacles ne lui sont envoyés que pour accroître son désir et aussitôt que son désir est proportionné à la grandeur de ce qu'il désire, ils disparaissent automatiquement. » (Liqouté Moharan I, 66:4).

Même si vous échouez, ne vous laissez pas abattre. Soyez patient, essayez de nouveau. On ne peut pas parvenir tout d'un coup à la Sainteté. Avancez doucement. Priez D-ieu de vous aider : « Si c'est la dévotion que Tu veux de moi – si c'est pour moi la chose la plus importante – aide-moi à l'accomplir, en Ton Nom.»

« On peut se dire : 'Qui suis-je pour prier sur l'exil et Jérusalem ? Mes prières ramèneront-elles les exilés, apporteront-elles le salut final ?' La réponse, nous l'avons déjà apprise : chaque personne a été créée individuellement pour pouvoir dire : 'Le monde a été créé pour moi' (Sanhédrin, 37a). L'Éternel se délecte de la prière et des supplications de Ses enfants... et ils doivent Le supplier pour cela, même si leur requête ne peut pas être exaucée, ou parce que ce n'est pas encore le moment, ou pour d'autres raisons. De toutes façons, ils ont fait ce qui leur incombe et D-ieu s'en réjouit. » (Messilath Yécharim, 19).

(Extrait du livre « L'appel de minuit » du Rav Avraham Greenbaum, publié aux Éditions Breslev)

(Vous pouvez vous procurer le livre L'appel de minuit en cliquant ici.)