À quel moment est-ce minuit ?

À quel moment est-ce minuit ?

(Il s'agit de la dixième partie du livre "L'appel de minuit". Vous pouvez lire la neuvième partie en cliquant ici.)

« Le moment de 'Hatsoth commence six heures après la tombée de la nuit, aussi bien en été qu'en hiver et dure deux heures. » (Liqouté Moharan I, 149).

Quand exactement doit-on réciter le Tiqoun 'Hatsoth ? Du fait que ce sont des heures particulièrement propices à la Grâce divine, il serait bon de faire en sorte de réciter ces prières au moment le plus favorable. Ce n'est pas toujours possible : on peut penser qu'en récitant régulièrement le Tiqoun 'Hatsoth on s'engage déjà sérieusement et qu'en le récitant vers le milieu de la nuit, on fait de son mieux. En fait, ceux qui veulent vraiment profiter de ce moment de faveur tout à fait spécial auront à cœur de savoir quand il se présente.

Dans la littérature de la Tora, on appelle néqouda (le point) de 'Hatsoth la frontière entre la première et la seconde partie de la nuit. En termes spirituels, c'est le moment où l'Attribut divin de guévoura, jugement strict, qui gouverne la première partie de la nuit, fait place à celui de 'hessed, miséricorde, qui gouverne la seconde partie.

C'est à ce moment précis que commencèrent l'Exode et d'autres événements miraculeux de l'histoire juive. Rabbi Na'hman enseigne qu'on peut réciter le Tiqoun 'Hatsoth n'importe quand au cours des deux heures qui suivent ce point. (D'après certains, on peut commencer le Tiqoun 'Hatsoth un peu avant la néqouda – cf. Michna Béroura sur Ora'h 'Haïm 1:5, #14).

On aurait pu s'attendre à ce que la néqouda corresponde au milieu exact entre la tombée de la nuit et le lever du jour, et c'est en fait l'opinion d'un grand nombre d'autorités de la halakha. Rabbi Na'hman ne partage cependant pas ce point de vue et, comme nous le verrons, la question n'est pas simple. Une chose est certaine : la néqouda de 'Hatsoth ne correspond pas à minuit de notre montre. L'heure dont nous nous servons est une convention sociale indispensable, mais ne correspond pas au cycle naturel du jour et de la nuit, qui est sujet aux fluctuations saisonnières.

Quand donc a lieu la néqouda de 'Hatsoth ? C'est peut-être parce qu'elle constitue un moment si précieux qu'elle revêt un certain mystère. Ainsi, après nous avoir appris que le Roi David se réveillait à 'Hatsoth, le Talmud demande comment il savait à quelle heure exactement il devait se lever ?

Le Roi David connaissait-il exactement le moment de 'Hatsoth ? Même Moïse ne le connaissait pas ! Moïse avertit Pharaon au nom de l'Éternel : « Vers minuit, je m'avancerai à travers l'Égypte » (Exode 11: 4). Pourquoi « vers minuit » ? Peut-il y avoir le moindre doute dans l'esprit du Ciel ? Nous ne pouvons que dire que D-ieu dit à Moïse : « À minuit », mais Moïse dit à Pharaon : « Vers minuit !» Apparemment, Moïse avait des doutes. Et alors David le savait-il ? La réponse est que David avait un signe. Une harpe était suspendue au-dessus de son lit et au milieu de la nuit, un vent du Nord venait souffler sur les cordes et la harpe jouait d'elle-même... (Bérakhoth, 3b).

Pour évaluer le moment de 'Hatsoth, on considère que la nuit commence avec l'apparition des trois premières étoiles de magnitude moyenne. À première vue, la néqouda de 'Hatsoth devrait se trouver à la frontière entre la tombée de la nuit et l'aube du lendemain. C'est un point de vue partagé par un grand nombre d'autorités de la halakha. Selon ce point de vue, 'Hatsoth est exactement douze heures après l'heure de midi, où le soleil est au zénith.

C'est la réponse la plus évidente, mais si le moment de 'Hatsoth ne laisse aucun doute, pourquoi était-il donc un mystère pour Moïse et pourquoi le Roi David avait-il besoin de sa harpe ? Même les Anciens disposaient de moyens fort sophistiqués pour mesurer le temps.


(Extrait du livre « L'appel de minuit » du Rav Avraham Greenbaum, publié aux Éditions Breslev)

(Vous pouvez vous procurer le livre L'appel de minuit en cliquant ici.)