Utiliser du savon solide pendant Chabbat


Question : Est-il permis d’utiliser du savon solide pendant Chabbat pour se laver les mains ou autre, ou bien y a-t-il un interdit à le faire ?

Réponse : Dans une récente Halah’a, nous avons mentionné la discussion parmi les décisionnaires au sujet du fait de faire fondre des glaçons pendant Chabbat et leur transformation en liquide.

Selon le Sefer Ha-Térouma, l’interdit relève de « Nolad » qui signifie créer une chose nouvelle, ce qui représente un interdit relevant peut être de la Torah (selon certains décisionnaires).

Alors que selon le RAMBAM, le RAMBAN, et le RACHBA, il n’y a là aucun interdit à titre de Nolad, mais seulement un interdit par décret de nos maîtres à titre de presser la glace et la transformer en liquide, qui s’assimile au fait de presser des fruits (olives ou raisins) dont l’interdit est Min Ha-Torah. C’est pour cette raison que nos maîtres ont décrété qu’il est interdit de faire fondre de la glace pendant Chabbat.

Nous avons également fait mention de l’opinion de MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’ sur ce point en précisant qu’il tranche selon l’opinion du RAMBAM, du RAMBAN et du RACHBA selon qui la raison à cette interdiction relève de l’interdit de presser, alors que le RAMA tranche sur ce point selon l’opinion du Sefer Ha-Térouma selon qui la raison de cette interdiction relève de l’interdit de Nolad.

À partir de cela, notre maître le Rav Ovadia YOSSEF Chlita traite de l’utilisation du savon solide pendant Chabbat.

Apparemment, l’utilisation du savon avec de l’eau et sa transformation en liquide s’apparente au fait de faire fondre de la glace et de la transformer en liquide, ce qui constitue un interdit pendant Chabbat.

Cependant, puisque selon l’opinion de MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, la raison de cette interdiction relève de l’interdit de presser et non de l’interdit de Nolad, cette raison n’est strictement pas appropriée au fait de faire fondre du savon puisque le savon ne fond qu’au contact de l’eau, et ne font pas de lui-même de façon naturelle comme la glace.

Cette explication est écrite par le Gaon Rabbi Itsh’ak LAMPERONTI dans son livre Pah’ad Itsh’ak, où il atteste que selon MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, il n’y a aucun interdit à utiliser du savon solide pendant Chabbat.

Par conséquent, les Séfarades ainsi que les originaires du Moyen-Orient qui adoptent les décisions Halah’iques de MARANN l’auteur du Choulh’an ‘Arouh’, peuvent s’autoriser à utiliser le savon solide pendant Chabbat. Mais pour les Achkénazes qui suivent les décisions Halah’iques du RAMA, il est souhaitable qu’ils s’imposent la rigueur sur ce point, sauf en cas de nécessité, comme pour un médecin qui doit se laver les mains avec du savon après avoir ausculter un malade, pour des raisons de santé. (Halacha Yomit)