Être juif : c'est quoi ? (2)

Être juif : c'est quoi ? (2)


Deuxième partie du texte : "Être juif : c'est quoi ?"

Un célèbre philosophe Jean. J disait : Le peuple juif est un peuple « i-mmonde », hors du monde ! Le peuple juif est éternel et indéfinissable comme D-ieu ! Le juif a été maintes fois voué à la destruction et D-ieu merci maintes fois survivant ! Les juifs sont peu nombreux et pourtant on les trouve partout ! Les juifs ne représentent même pas 0,01% de la population et pourtant ils occupent souvent de grandes fonctions, sont à la pointe de toutes les technologies, décrochent les prix Nobels de sciences, d’économie...

Mais cela ne sont que les artifices extérieurs ! Car avant tout, être « juif » c’est être un « Prince de D-ieu », élu depuis plus de 3 000 ans pour introduire dans ce monde un code de moralité d'Origine divine et à qui il incombe la responsabilité de respecter les commandements donnés par D-ieu et de les transmettre à ses descendants et de devenir ainsi « une lumière pour les nations » (prophète Isaïe).

Autrement dit, si nous sommes juifs, c’est parce que nous avons été destinés à l'être dès le début des temps ; cela n'est pas un accident mais une mission qui nous incombe. Celui qui ne se sent juif que par sa filiation et ne se sent pas concerné par les commandements de la Tora (comme les libéraux qui vont jusqu’à tolérer les mariages mixtes !), ne transmettra à ses descendants qu'un judaïsme creux qui les fera inévitablement disparaître par l’assimilation.

Dans ce cas, la mission qui lui incombait en tant que fils d’Israël, risque inévitablement de se solder par un échec à la fois personnel, mais aussi et surtout un échec à la source qui a vu le jour il y a plus de 3 000 ans. Ce qu'Hitler (que son nom soit maudit) n'a pas réussi, ils le font en douceur de leur propre gré !! Son plan, dont il s'en est fallu de peu qu'il ne parvînt à exécution, consistait à conquérir le monde et à y installer une race barbare supérieure.

Mais pour y arriver, il fallait commencer par se débarrasser des Juifs. Comme il disait : "Les Dix Commandements ont perdu leur validité... La conscience est une invention juive. Elle est une souillure comme la circoncision... La lutte pour la domination mondiale est menée entièrement entre nous, entre les Allemands et les Juifs." Hitler avait peur de la « conscience juive » qui anime chacun de nous, celle qui nous rappelle à l’ordre en disant : « Fils d’Israël, pense bien ! », car au final, l’Homme finit par se trouver là où sa pensée le mène.

Nous sommes les fils d’Avraham, d’Yits’haq et Ya'aqov et il en résulte que nous sommes communément des « Croyants fils de Croyants ». Cette croyance est ancrée au plus profond de notre âme, c'est pourquoi on ne peut pas y échapper ou s'en défaire et ce, à n’importe quel prix.

Histoire (extaite du Talmud)

La Guémara relate l’histoire d’un voleur qui cambriole une maison, quand soudain il entend le propriétaire ouvrir la porte. C’est alors qu’il se cache et prie D-ieu de toutes ses forces pour ne pas se faire prendre… La Guémara fait remarquer que le voleur est un vrai CROYANT car il prie de tout son cœur en étant persuadé que D-ieu peut le sortir de cette situation…

Question : Mais s’il est un vrai croyant, pourquoi vole t-il ?

Réponse : Car la foi n’a jamais impliqué la pratique.

En fait nous sommes tous croyants mais malheureusement pas tous pratiquants ! Et on comprend alors que la « EMOUNA » (foi) est une sorte de témoignage, c’est un sentiment profond et lointain… Et le but d’un juif pratiquant et engagé est de travailler et de nourrir cette « EMOUNA » pour la transformer en « BITA’HONE » (confiance en D-ieu) en étant fidèle avec ‘amour’ et ‘crainte’ envers son Créateur en appliquant les « Mitswoth » de la « Tora ».

Car après tout, n’oublions surtout pas que c'est la TORA qui lie le peuple d'Israël, qu'il soit d'Ethiopie de Russie ou des U.S.... Alors bougeons nous pour ne pas couper notre lien et au contraire le renforcer! En fait, la ‘Hassidoute précise que nous avons au plus profond de notre âme une « Nefesh Eloqith » une étincelle divine liée directement à D-ieu et qui le perçoit à sa source.

Mais ici bas, cette perception est occultée par le corps pour laisser place au « libre choix » de chacun, néanmoins l’idée de D-ieu nous habite depuis le jour de notre conception et jusqu’à la mort ! Et en ce qui concerne le « libre arbitre », c'est là le choix de chacun, dans son intime liberté que de faire ce que D-ieu nous engage à accomplir dans un verset très fort : « Voici je mets devant toi le Bien et le Mal, la Vie et la Mort, et tu choisiras la Vie » (Deutéronome 30,19).

Nous dirons donc qu’un juif est par définition connecté spirituellement à Hachem via le « Nefesh Eloqith », ce qui fait qu’il est « toujours croyant » et a pour mission ici bas d’être fidèle à son créateur via la « Tora » & « Mitswoth ».

Et en ce qui concerne le juif qui se dit aujourd’hui « non croyant », les psychologues nous expliquerons que la manifestation de sa croyance s’exprimera soi par l’Amour soit par la Haine, mais jamais par l’indifférence !

Alors, pour l’Amour ou pour la Haine? Faites le bon choix !"

Kol Touv.

Élie Touboul

Lire tous les articles à propos de "Ma vie moderne."