Sheheh’eyanou sur un fruit nouveau pendant la période de Ben Hametsarim (Entre le 17 Tamouz et le 9 Av)


Il est bon d’avoir la vigilance de ne pas réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau, pendant la période de Ben Hametsarim, depuis le soir du 17 Tamouz jusqu’à après le 9 Av. Il faut laisser le fruit ou le vêtement jusqu’à après le 9 Av, et il ne faut pas non plus le consommer sans réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou

Cette tradition prend sa source dans le Sefer Ha H’assidim qui écrit qu’ils ne consommaient pas de fruits nouveaux pendant la période de car ils disaient : « Comment pouvons nous prononcer les mots : qui nous a fait vivre, qui nous a fait exister, qui nous a fait parvenir jusqu’à ce moment ?! » 

C’est ainsi que tranche également MARAN dans le Shoulh’an Arouh’, qu’il est bon d’avoir la vigilance de ne pas réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou pendant la période de Ben Hametsarim, sur un fruit ou sur un vêtement. 

Même notre maître le ARI zal écrit qu’il ne faut pas réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou pendant la période de Ben Hametsarim. Telle est l’opinion de la majorité des Ah’aronim

Pendant les Shabbatot de la période de Ben Hametsarim, il est permis de réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou sur un fruit nouveau ou sur un vêtement nouveau. Cependant, après Rosh H’odesh Av, il est convenable de s’imposer la H’oumra (la rigueur) de ne pas réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou sur un vêtement nouveau, même pendant Shabbat, mais sur un fruit nouveau, on peut autoriser à réciter la Berah’a de Sheheh’eyanou, même pendant le Shabbat qui se trouve après Rosh H’odesh Av

La raison pour laquelle nous faisons cette différence entre le vêtement et le fruit, réside dans le fait que selon l’opinion du RaMa, il est interdit de revêtir un vêtement nouveau après Rosh H’odesh Av, et cela, sans aucun rapport avec la Berah’a de Sheheh’eyanou, mais pour ce qui est de la consommation d’un fruit nouveau, il n’y a aucun interdit du simple point de vue de la consommation du fruit, mais uniquement du point de vue de la Berah’a de Sheheh’eyanou qu’il ne faut pas réciter durant cette période. 

Par conséquent, il est permis de consommer un fruit nouveau pendant Shabbat, même après Rosh H’odesh Av, mais pour un vêtement, il est convenable de s’imposer la H’oumra (la rigueur) de ne pas l’inaugurer après Rosh H’odesh Av, même pendant Shabbat.

C’est ainsi que tranche notre maître le Rav Ovadia YOSSEF shalita dans son livre Shou’t Yeh’avé Da’at (tome 1 chap.37) (Halacha Yomit)