Le livre de l'Aleph-Beth (3)


Akhila – Nourriture

1. Il doit rester quelque chose de ce que tu manges pour que D-ieu puisse bénir ta nourriture.

2. La table d'un homme le purifie de tous ses péchés.

3. La table d'un homme lui fait mériter le monde futur aussi bien que sa subsistance [dans ce monde-ci]. Il est inscrit pour le bien dans les mondes très élevés. Au moment où il en a besoin, on lui octroie une puissance et une force supplémentaires.

4. Faire souffrir quelqu'un en faisant traîner [l'exécution de la sentence prononcée par un tribunal de] justice, la corruption du jugement et la négligence de l'étude de la Tora amènent la famine. Les gens mangent mais ne sont pas rassasiés et consomment leur pain avec mesure.

5. En mangeant un peu, le cœur d'une personne est plus attiré vers la nourriture que celui qui n'a pas mangé du tout et a perdu tout espoir de se nourrir.

6. Pourquoi les juifs furent-ils passibles d'extermination ? Parce qu'ils ont profité du festin du méchant [roi Akhachvéroch Assuérus].

7. L'Autel annule les mauvais décrets, expie les fautes, apporte la nourriture et l'amour. La table est comparée à l'Autel.

8. Celui qui mange sans se laver les mains [comme la loi le prescrit], ressemble à celui qui a des relations sexuelles avec une prostituée. Celui qui méprise cette mitswa est déraciné de ce monde.

9. On ne boit pas de l'eau en public.

B

1. Celui qui est le reflet de l'image de D-ieu, s'élève en mangeant quelque chose venant du monde animal. L'inverse est aussi vrai.

2. Manger du poisson éveille le désir sexuel.

3. D-ieu se fait connaître dans le monde par les bénédictions récitées après le repas.

4. La récitation des actions de grâce soulage le gouvernement des disputes et des guerres.

5. Celui qui étudie la Tora avec un esprit pur, car il mange avec un tel degré de sainteté qu'il se nourrit de la nourriture des anges, ses ennemis sont passibles de mort par strangulation. On trouve une allusion à cela [dans les versets] "Et ce fut le troisième jour, le matin... " (Exode 19:16) ; "Et le matin, il y avait une couche de rosée" (Ibid. 16:13) ; "Et ce fut à l'aube [à la dernière veillée, celle du matin]" (ïbid. 14:24).

6. Celui qui ne ressent aucun goût dans ce qu'il mange, doit savoir que D-ieu s'est détourné de lui.

7. Quand les Tsadiqim mangent, [ceci constitue un acte de sainteté] plus grand que le fait d'apporter des offrandes et plus élevé que leurs relations maritales.

8. Les poissons engraissent par le mérite des sacrifices.

9. La Clémence divine s'est certainement détachée de celui qui a été mordu par un chien. Cette morsure indique également qu'il a fauté en mangeant des aliments interdits.

10. Celui qui se préserve de manger de la nourriture défendue est sauvé des bêtes sauvages.

11. Celui dont les ennemis s'élèvent, tombe dans le désir ardent de nourriture.

12. La gourmandise amène une personne à préférer un de ses fils aux dépens des autres.

13. Lekhou La'hmou Vela'hmi Ouchetou (Beyayin Massakhti ). "Venez, mangez de mon pain et buvez (du vin que j'ai mélangé)" (Proverbes 9:5). Les initiales des quatre premiers mots de ce verset, forment le mot LOuLaV. Le terme Beyayin avec ses quatre lettres a une valeur numérique (76) équivalente à celle des premières lettres des mots Etrog Hadass et 'Aravah (1, 5 et 70) et le mot maSsaKhTi est une allusion à SouKoTh.

En accomplissant la mitswa de la Souka, on a le mérite d'avoir des vêtements pour s'habiller. On trouve une allusion à cela dans le verset (Job 38:9) : "Quand je lui donnai la nuée pour vêtement" [la Souka rappelle la colonne de nuée qui accompagnait les Enfants d'Israël lors de la traversée du désert]. Par la mitswa des branches de saules [du bord du fleuve], on a le mérite d'avoir à boire [à satiété].

Les myrtes (Hadass) [odorantes] amènent la vitalité de l'âme. La branche de palmier (Loulav) et le cédrat (Etrog) nous font mériter la nourriture [nécessaire], car leurs arbres produisent des fruits comestibles.

14. La nourriture et la boisson viennent [en quantité suffisante] lorsqu'une personne garde les statuts et les lois de la Tora.

15. Le fait de boire amène une personne à chanter et à jouer de la musique, alors que ce n'est pas le cas quand elle mange. Car les Enfants d'Israël [étant dans le désert] ont chanté la gloire de D-ieu sur le puits, ce qu'ils n'avaient pas fait pour la manne.

Alman – Veuf

A

1. Celui qui perd sa femme doit réciter chaque jour le passage de l'offrande de l'offense Acham (Lév. 7:1-7) jusqu'à ce qu'il se remarie.

B

1. Les gens n'écoutent pas celui qui ment. Le mensonge conduit une personne à être veuf plusieurs fois.

2. Celui qui perd sa femme, c'est comme s'il perd l'un de ses os. Mais ce n'est pas le cas pour un Tsadiq dont l'épouse vient à décéder, comme il est écrit : A'hath Mèhènah Lo Nichbarah – "Pas un d'entre eux [des os] n'est brisé" (Psaumes 34:21). Les premières lettres des mots de ce verset forment le mot ALMaN – veuf.

Eretz Israël – La Terre d'Israël

B

1. En s'installant en Terre d'Israël, on peut percevoir la Providence et l'Émanation divine dans le monde.

2. Une personne perçoit une étincelle de sainteté de la Terre d'Israël, selon l'éclaircissement de nouveaux enseignements qu'elle trouve dans la Tora.

3. L'aspiration qu'un homme éprouve pour venir en Terre Sainte, lui amène une grande bénédiction dans ses moyens de subsistance.

4. Celui qui supporte matériellement nombre de gens, apporte la bénédiction de la Terre d'Israël vers la diaspora.

5. Celui qui languit après la Terre d'Israël réveille une aspiration chez son père et sa mère : leurs âmes viennent alors en Terre Sainte. D-ieu vient aussi avec eux et, ensemble ils attendent et aspirent à sa venue.

6. La charité donnée aux pauvres de la Terre d'Israël, amène la prospérité.

7. Celui qui connaît la Terre Sainte, qui a vraiment goûté Eretz Israël, peut reconnaître chez un autre s'il était chez un Tsadïq authentique à Roch Hachana ou non. Car celui qui mérite d'être aux côtés d'un Tsadiq authentique à Roch Hachana, là où il regarde, l'air de cet endroit se transforme en un aspect d'Eretz Israël. Ainsi, celui qui connaît le goût de la Terre d'Israël – chacun selon son niveau – est obligée de sentir la Terre d'Israël quand il rencontre une telle personne (qui était chez un Tsadiq authentique à Roch Hachana) car l'air où il se trouve se transforme en un aspect de la Terre d'Israël.

Aveda – Perte d'objets

1. La même force qui permet à une personne de rendre un objet perdu à son propriétaire, lui permet de faire des prosélytes.


(Vous pouvez vous procurer le livre de l'Aleph-Beth en cliquant ici.)