S’asseoir dans l’espace des quatre coudées de celui qui prie.


Dans les précédentes Halah’ott nous avons clarifié que selon le strict Din il est permis de s’asseoir durant la répétition de la ‘Amida. Maintenant nous allons clarifier un autre point sur ce sujet qui est, le Din de s’assoir à proximité d’une personne qui prie la ‘Amida.

Dans le traité de Bérah’ott page 31b, la Guémara déduit à partir de se qu’a dit H’anna à ‘Eli Ha-Cohen pendant sa prière : « Je suis la femme qui se tient debout avec vous », que l’on n’a pas le droit de s’asseoir dans l’espace des quatre coudées de celui qui prie la prière de la ‘Amida.

La mesure de quatre coudées est proche de 2 mètres.

Concernant cette Halah’a, il n’y a pas de différence entre être assis devant celui qui prie ou sur ses cotés, car tant que l’on est dans l’espace des 2 mètres, il est interdit de s’y asseoir, il faudra donc s’éloigner un peu et là, on pourra s’asseoir.

Il existe une divergence d’opinions entre nos maîtres les Richonim (décisionnaires de l’époque médiévale) concernant la raison de ce Din. Le Ba’al Halah’ott Guédolott écrit que la raison à cela repose dans le fait que la Chéh’ina (la présence divine) réside dans les quatre coudées de celui qui prie la ‘Amida, et en respect de celle-ci il est interdit de s’y asseoir.

C’est ainsi que laisse entendre aussi le Zohar que la raison pour laquelle il est interdit de s’asseoir dans cet espace est dû au respect de la Chéh’ina. Notre maître le TOUR écrit que la raison de ce Din est due au fait qu’il n’est pas convenable qu’une personne se tienne devant Hachem en recevant sur lui le joug divin, alors qu’une autre est assise en toute sérénité sans rien faire.

Le Hafets H’aïm dans son livre Michna Béroura rapporte l’avis du Méiri selon qui, le fait de s’asseoir dans les 4 coudées de celui qui prie peut lui engendrer une gêne et qui l’empêchera de se concentrer durant sa prière. Il apporte aussi un autre avis qui est celui du Mih’tam qui explique qu’il est interdit de s’asseoir en face, afin que celui qui prie avec ferveur et qui est amené à pleurer durant sa prière n’ait pas honte du fait qu’une personne l’ai vu en train de pleurer.

Il existe plusieurs différences Halah’iques selon les avis que nous avons mentionnés, cependant nous nous contenterons de l’avis de MARANN dans le Choulh’an ‘Arouh’ :

Si une personne est occupée à prier par exemple s’il récite les Péssouké Dézimra ou une autre partie de la prière, elle est autorisée à être assise dans l’espace des 2 mètres de celui qui prie.

Concernant l’assise à l’arrière de celui qui prie, cela dépendra des avis mentionnés plus haut sur les raisons de ce Din, car si l’on dit que la raison est due au respect de la Chéh’ina cela sera interdit, car la Chéh’ina est dans tout l’espace des 2 mètres autour de celui qui prie. Mais selon l’avis de ceux qui expliquent que la raison du Din vient du fait que cela peut déranger celui qui prie ou bien pour qu’il n’ait pas honte s’il pleure pendant sa prière, il n’y a pas lieu d’interdire de s’asseoir derrière, car dans ce cas, aucune des deux raisons n’existe puisque celui qui prie ne voit pas celui qui est assis derrière lui.

Et il semble que l’avis du Choulh’an ‘Arouh’ est qu’il est permis de s’asseoir derrière celui qui prie, cependant celui qui s’en abstient est digne de bénédiction.

Les communautés Achkénazes ont pour habitude de ne pas s’asseoir derrière celui qui prie, car c’est ainsi que tranche le RAMA dont ils ont pour habitude de suivre les décisions.

De tout cela nous apprenons aussi qu’il en est de même pour celui qui veut s’asseoir à proximité de l’officiant, il est donc interdit de le faire sauf s’il se trouve en dehors de l’espace des 2 mètres de celui-ci, comme le fait remarquer notre maître Rabbénou ‘Ovadya Yossef Chlita (qu’Hachem lui accorde une bonne santé et une longue vie) dans son livre Yéh’avé Da’att où il précise que même ceux qui ont pour habitude de s’asseoir pendant la répétition de la ‘Amida, devront faire attention de ne pas s’exposer au problème d’être assis dans l’espace des 2 mètres de celui qui prie.

Conclusion :

Il est interdit de s’asseoir dans l’espace des 2 mètres de celui qui prie la ‘Amida, que ce soit devant lui ou sur ses côtés. Certains ont pour habitude de ne pas s’asseoir même à l’arrière de celui qui prie. Si l'on est en train de prier, il est permis de s’asseoir dans cet espace.

Dans la prochaine Halah’a, nous apporterons encore quelques détails concernant ce Din.(Halacha Yomit)