On ne rigole pas !


Un jour Benjamin élève de 6ième rentra de l’école en pleurant, son père lui demanda : « pourquoi tu pleures comme ça ? ». L’enfant lui expliqua que pendant les cours il était assis à côté de son meilleur ami et ensemble ils ont rigolé, et le professeur lui a pris son carnet de correspondance et lui a écrit un mot que ses parents devaient le signer. Le père prit le carnet et lut le mot du professeur et entama une discussion sérieuse avec son fils.

Le père lui expliqua qu’il ne fallait pas parler ni rigoler pendant les cours car ça empêche les élèves d’écouter le cour, le professeur de faire son cour, et que lui-même était à l’école pour apprendre et en parlant avec ses camarades il ne pouvait pas apprendre. Le fils lui répondit: « mais je n’ai rien fait de mal j’ai juste rigolé ».

Le père lui expliqua : « pour toi ce n’est pas dérangeant mais à l’école il y a des règles de vie à suivre et tu ne peux pas faire ce que tu veux. Il faut les suivre car toute ta vie tu verras que ça soit à l’école ou en dehors de l’école il y a des règles qui ne sont pas là pour te déranger mais sont là comme un mode de vie. Le fils comprit et dit à son père que dès maintenant il suivra les règles de vie.

Mes chers amis c’est la même chose pour la Tora et les mitswoth : souvent nous les trouvons trop dures, ou pas adaptées à la vie de tous les jours. Mais en fait c’est parce que nous ne comprenons pas l’intérêt de ses mitswoth ; elles sont là pour nous guider dans notre vie. Comme dans la vie de tous les jours, nous avons des règles données par les hommes, que nous suivons.

Mais ces mitswoth sont des règle de vie données par D-ieu donc à plus forte raison elles sont justes et à plus forte raison nous devons les respecter. Et parfois D-ieu nous rappelle à l’ordre en nous donnant des épreuves car Lui ne nous écrit pas dans notre carnet de correspondance.

Comme il est écrit dans le chapitre 1 de la Guémara Brakhoth : dans la majorité des cas, si nous recevons des épreuves c’est ou parce que nous ne faisons pas assez les mitswoth ou parce que nous n’étudions pas assez la Tora.

Alors faisons comme le petit Benjamin et comprenons tout de suite le chemin à prendre avant qu’il n’y est plus de place dans notre carnet de correspondance !!

Chabbat chalom.

Pour l’élévation de l’âme de la mère de Rav Attia Guemara Bat Louisa et Gabriel Kalepski.

Et la guérison complète de Haïm ben Himha et Aïcha bat hannah et David Ben Fibi.