Une fille est-elle autorisée à dire le Qadich ?

Question :

Une personne est décédée sans laisser de garçons. Sa fille est-elle autorisée à dire le Kaddich pour l’élévation de son âme ?

Réponse :

La récitation du Kaddich est une chose d’un très haut niveau et d’une utilité incommensurable pour l’âme du père ou de la mère décédés. Si un châtiment a été décrété sur les parents décédés, le Kaddich a le pouvoir d’alléger et parfois d’annuler complètement ce châtiment. De même, s’il a été décrété que leur âme doit siéger au Gan ‘Eden, le Kaddich contribue à les élever dans le Gan ‘Eden de niveau en niveau.

Lire la suite...

Prier lorsqu'on travaille avant le lever du soleil

Dans la précédente Halah’a , nous avons expliqué qu’il est interdit Léh’atéh’ila (à priori) de prier l’office du matin avant le 1er rayon de soleil.

Cependant, nous avons également précisé que les personnes qui sont employés et qui de ce fait, doivent se présenter le matin sur leur lieu de travail à une heure avancée, de sorte qu’ils n’ont pas la possibilité de prier après le 1er rayon de soleil, ces personnes sont exceptionnellement autorisées à prier dès l’aube qui intervient très exactement 72 minutes « saisonnières » avant le 1er rayon de soleil, comme nous l’avons expliqué.

Lire la suite...

Le moment à partir duquel on peut prier la prière du matin

À partir de quand est-il permis de prier l’office du matin ?

De nombreuses personnes sont tenues de se présenter sur leur lieu de travail très tôt le matin, et nous devons savoir quand leur est-il permis de commencer la prière du matin.

Réponse : Le moment de la prière du matin commence Léh’atéh’ila (à priori) après le 1er rayon de soleil (Nets), qui correspond à l’horaire de la « Zérih’a » indiqué dans les calendriers.

Il est une Mitsva de grande qualité de prier immédiatement lorsque le rayon du soleil apparaît, comme il est dit dans le Téhilim : « Ils te craindront en même temps que le soleil… »

Lire la suite...

Règle pour une personne qui a terminé la 'Amida

Dans les précédentes Halah’ott , nous avons expliqué l’interdiction de passer ou de se tenir debout face à une personne qui prie la ‘Amida.

Nous avons aussi expliqué que cette interdiction existe essentiellement lorsqu’on passe devant la personne qui prie, mais lorsqu’on se trouve sur les côtés de la personne qui prie, il n’y a pas d’interdiction.

Nous allons à présent expliquer le cas d’une personne qui prie la ‘Amida et derrière laquelle se trouve une autre personne qui prie elle aussi.

Il arrive parfois qu’une personne termine sa ‘Amida, mais que la personne qui se trouve derrière elle ne la pas encore terminé, et lorsque la personne va reculer de 3 pas en arrière, elle se trouvera dans les 4 coudées (2 m) de la personne qui se trouve derrière elle et qui prie encore.

Lire la suite...