Arroser des plantes la veille de Chabath

Question : Est-il permis selon le Din, d’ouvrir - avant Chabath – les robinets d’arrosoirs d’un jardin, lorsqu’on sait que l’eau continuera à couler même pendant Chabath ?

Est-il également permis de refermer les robinets des arrosoirs pendant Chabath ?

Lire la suite...

L'interdiction de planter pendant Chabath

Il est dit dans la Torah (Chémot chap.20) :

« Souviens-toi du jour du Chabbat afin de le sanctifier. Durant six jours, tu travailleras et tu accompliras tout ton ouvrage, mais le septième jour sera consacré au repos pour Hachem ton D…. Tu n’y feras aucun travail… car durant six jours, Hachem a réalisé le ciel et la terre et se reposa le septième jour. C'est pourquoi Hachem bénit le jour du Chabbat et le sanctifia.»  

Nous constatons dans la Torah pas moins de 12 mises en garde sur l’observance du Chabbat, car elle représente la base de notre foi dans le fait que le monde fut créé par Hachem.

Lire la suite...

L'interdiction de cuire pendant Chabath

Il est enseigné dans une Michna du traité Chabath (73a) que l’interdit de cuire fait partie des 39 Melkahoth (interdictions) que la Tora a interdit pendant Chabath.

Dans le langage de la Michna, cet interdit porte le nom de « Ofé », qui signifie littéralement « cuire par enfournement.»

Tous les interdits en vigueur pendant Chabat, correspondent aux activités en vigueur dans leMichkane (le Temple mobile que les Bnei Israël possédaient dans le désert). Or, il est expliqué dans la Guémara que dans le Michkane, l’activité de Ofé correspondait à la cuisson des plantes qui devaient servir à la Kétoret (combustion d’encenses).

Lire la suite...

Utiliser une plaque électrique pour des casseroles "viande" et "lait"

Il arrive fréquemment que des marmites de viande égouttent légèrement sur la plaque électrique sur laquelle elles sont posées. La plaque absorbe donc le goût viande.

Dans de telles conditions, si l’on désire ensuite placer des aliments lactés sur cette même plaque, si la plaque est parfaitement propre et que l’aliment est placé au préalable dans un ustensile de sorte que l’aliment n’entre pas en contact direct avec la surface de la plaque, cela ne pose aucun problème du point de vue de la Halah’a et il est tout à fait permis de le faire, car un ustensile ne peut transmettre un goût à un autre ustensile que lorsqu’il y a du liquide entre les deux.

Lire la suite...