(Série d'articles à propos du Chalom Bayith. Afin de lire l'article précédent, cliquez ici.)

05h42 : Cha'harit

Il est assez impressionnant de voir comment Rabbi Nahman fait un parallèle entre la vie d’un homme et sa journée. En effet, pour chaque juif qui souhaite se rapprocher d'Hachem, la journée est composée de trois temps : Cha'harit, Min'ha et 'Arvit (Mechivat Nefesh, 28).

Lorsqu’un homme commence à vouloir servir Hachem, alors, la plupart des choses vont dans un certain ordre ; tout comme la tefila du matin, celle de Cha'harit qui a un ordre particulier : Korbanot, Ketoret, Kriat Chema etc. En effet, il aura un seder spécifique, chacun selon son niveau, c’est-à-dire qu’à son lever il fera sa tefila. Tout le monde sait que Cha’harit (qui a été instauré par Avraham Avinou) est un moment de bonté.

13h09 : Min'ha

Mais ensuite, pour la plupart des gens, il va y avoir un relâchement et une chute : Hachem va commencer à éprouver l’homme en lui envoyant le yetser qui va le tenter (comme Il sait si bien le faire avec chacun de nous). Ce moment-là va être l’épreuve principale de l’homme tout au long de sa vie.

Il est évident qu’à ce moment-là, il va falloir se renforcer de toutes ses forces afin de ne pas être perturbé, car comme tu le sais, la vie n’est pas un long fleuve tranquille ! Nous sommes agressés du matin au soir et selon Rabbenou, la pire des agressions qui va nous diriger vers la chute est l’étroitesse d’esprit (mohin dekatnout) : c’est le moment de Min'ha.

L’étroitesse d’esprit va tirer l’homme vers le bas : il nous fera croire que l’épreuve qu’on aura (ou qu’on a déjà…) ne va jamais s’arrêter, que c’est la pire épreuve du monde, la pire des choses qui puisse t’arriver, que tu vas rester comme ça toute ta vie… Et ça c’est se noyer dans un verre d’eau. C’est justement contre l’étroitesse d’esprit que tu devras te renforcer !

En effet, Min'ha (qui a été instaurée par Yits'haq Avinou) est la tefila de l’après-midi qui se trouve en plein milieu de ta journée ; parfois c’est un moment décisif pour toi et malgré tout il va falloir que tu fasses preuve d’une grande foi en Hachem et d’un grand travail d’annulation de soi-même pour tout arrêter et te rappeler qu’il y a un Maître du monde qui se déguise derrière tous les évènements de ta vie.

Il faudra accomplir les paroles de nos Sages, qui te préviennent en te disant qu’un homme devra toujours faire très attention à la tefila de Min'ha. C’est à ce moment particulièrement difficile que tu devras être très forte et te renforcer dans l''Avodat Hachem.

Il faudra aussi que tu crois fermement dans les paroles des Tsadiqim qui nous enseignent, encore une fois, qu’il n’y a pas de désespoir dans le monde : la grandeur d'Hachem est infinie et Sa bonté aussi, Il peut tout transformer et tout inverser à tout moment et à chaque minute, le mal en bien, les péchés en mérite etc. Tout cela par le biais de la techouva !

Tu dois certainement te demander pourquoi je te parle de Cha'harit et Min'ha… alors que peut-être tu n’as même pas le temps de penser à faire tes brakhot

Sache que la moitié de la vie d’un homme se situe à peu près vers 40 ans, comme tu as déjà pu l’entendre certainement, c’est ce que les gens appellent : la crise de la quarantaine et c’est Min'ha. C’est le moment où justement, le yetser ara va se décupler en toi, non pas en te disant directement de faire des averot, hasvé chalom, mais en t’obstruant l’esprit : d’un coup tu t’aperçois que tu vieillie, que les petites rides commencent à s’accentuer et donc tu ne seras plus jamais comme avant…

Tu penseras aussi que c’est le moment de profiter réellement de ta vie, de « t’éclater ». Tu vas commencer à fixer tes pensées sur des choses qui te paraîtront essentielles (botox, chirurgie esthétique, maquillage à outrance etc.) mais si tu réfléchis bien, ils ne feront qu’accentuer ta souffrance car là, tu rentreras dans une spirale infernale.

Ton imagination va aussi te faire croire que tu es certainement passée à côté de quelque chose avec ton mari : tu n’as pas vécu la passion, l’amour avec un grand A et pourtant c’était vital pour toi… Tu te réveilles après toutes ces années et tu t’aperçois que tu ne dois surtout pas passer à côté de ça ! Tu vas mettre toute ton « intelligence » en place pour combler ce manque, qu’importe le prix à payer. Tu as bien raison, si cela ne s’arrête qu’à une chirurgie esthétique ou un coup de botox...

Malheureusement, la triste réalité nous montre qu’à ce moment-là de sa vie, une femme est prête à tout jeter car selon elle, c’est sa « dernière chance pour être heureuse ».

Je veux simplement te dire une chose, ma très chère amie : réveilles-toi, ne te laisse pas attraper par les vanités de ce monde, et surtout rappelles-toi de ce que nous dit David Hamelekh dans le Tehilim 16 : « Aux Saints qui sont sur la terre, aux nobles cœurs vont toutes mes aspirations. Ceux qui multiplient leurs peines, courant après d’autres biens… »

Au moment du crépuscule, au coucher du soleil, c’est Arvit. Nombreuses sont les femmes qui se « réveillent » de leur folie et reprennent leurs esprits : parfois divorcées, parfois brisées, elles réalisent que leur Temple a été détruit pendant la période de Min'ha. Sache, que les seuls moyens pour adoucir la rigueur de Min'ha (qui est quasiment inévitable pour tous) résident dans l’attachement au Tsadiq véritable et la tefila personnelle.

Quelle que soit la période de ta vie, relève-toi ou relève ton amie, quoi qu’il y ait eu le désespoir n’existe pas. Rattache-toi à cette si célèbre phrase de Rabbenou : « Si tu penses que tu peux détruire, penses que tu peux reconstruire.»

À suivre...

Site Association pour l'Amour

Dédié à la guérison de Moché ben Tsipora

Rabbanite Yael Taieb