(Ceci est la cinquième partie d'un texte rédigé par le Rav Israël Salanter. Afin de lire la partie précédente, cliquez ici.)

Il est évident que l'homme doit se tenir prêt à tout moment au combat contre ses envies et contre son penchant spirituel maléfique. Cependant, comment faire pour arrêter le courant perpétuel de ses désirs qui ressemble aux vagues incessantes d'une mer déchaînée, essayant d'avaler un abîme sans fond creusé par les désirs matériels et les envies des hommes ?

Par quels moyens peut-on endiguer cette terrible guerre contre le penchant spirituel vers le mal ? C'est un grand roi tout puissant libre de toute préoccupation. Il n'a ni femme ni enfants, pas de problème pour subvenir à leurs besoins. De même les futilités de ce monde ne vont pas le perturber et ainsi il peut remplir sa mission avec perfection car il a été créé pour cela par la Volonté divine sans faille.

Alors que l'homme est faible comme un ver, submergé de préoccupations et surchargé de travaux harassants qui l'empêchent de réfléchir et troublent son intelligence, devenant de plus en plus paresseux frappé d'aveuglement et d'insensibilité spirituelle dû aux envies dégoûtantes développées par son corps. Comment peut-on se tenir dans les affres de cette guerre et ne pas tomber ligoté à ses pieds ?

Uniquement par la crainte de D-ieu et la peur de la punition qui est une muraille fortifiée qui se dresse contre les ennemis et les repousse. Car la crainte extrême a en elle la puissance de lier puissamment les nœuds de son désir et du mauvais penchant de son cœur afin qu'ils ne se répandent plus au-delà de ses barrières et aussi afin que sa droite s'élève pour que se réalisent les pulsions de son énergie bienfaisante et sortir vainqueur de cette guerre.

C'est ce que nous dévoile le plus grand des sages. Seule la Crainte divine est comme des flèches dans les mains d'un archer prêt à combattre son dominateur ; le bon penchant se tenant au sommet de la Crainte divine.

Bien qu'un homme puisse être rempli de Crainte divine, la guerre est toujours présente devant lui car est ainsi la guerre entre les envies et la crainte.

Grâce à la puissance développée par la Crainte divine, l'homme peut arriver à repousser son ennemi ; cependant si son cœur est vide de Crainte divine et de la punition, alors l'homme n'aura aucun espoir de se tenir vivant dans cette guerre dénué d'arc et de flèches, sans épée ni lance ; le bon penchant aura beau hurler de toute sa puissance, cela ne sera que l'équivalent d'un cri dans le désert où personne ne l'écoute puisqu'il n'y a aucune Crainte divine devant ses yeux. Il ne craint pas la peur du jugement.

Suite...

Dédié à la guérison de Mylène bath Sara

Rav Israël Salanter