(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Je n'ai point peur des myriades de gens qui sont campés autour de moi.” (Psaumes 3:7)

Dans le verset précédent, le Roi David avait proclamé que l'Éternel est son soutien. C'est dans ce soutien que David trouve la source de sa confiance plutôt qu'en lui-même. D'un côté, il est extrêmement prétentieux de penser pouvoir nous sortir des situations difficiles en nous servant de nos talents ; de l'autre, il est doux et plaisant de savoir que c'est du Créateur que nous dépendons !

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Je me couche et m'endors ; puis je me réveille, car l'Éternel me soutient.” (Psaumes 3:6)

Le Roi David possédait de bonnes raisons pour désespérer. Son royaume semblait devoir lui échapper ; son fils était celui qui menait le coup d'État ; sa vie même était en danger… Dans des moments aussi noirs, le doux chanteur d'Israël ne trouvait refuge que dans l'obscurité de sa chambre et dans les draps de son lit.

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“À pleine voix, je crie vers l'Éternel : Il m'a répondu de Sa sainte montagne, Sélah ! ” (Psaumes 3:5)

Le Roi David le savait : c'est du fond du cœur que nous devons nous adresser au Créateur. C'est à cet endroit que résident la sincérité et la pureté de nos sentiments.

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Mais Toi, ô Éternel, Tu es un bouclier qui me protège. Tu es mon honneur et me fait porter la tête haute.” (Psaumes 3:4)

Malgré les railleries (voir verset précédent), le Roi David l'affirme haut et fort : l'Éternel est le seul salut que nous ayons. Si David fait référence à son trône qu'il espérait conserver, nous lisons ce verset d'une façon plus proche de nous. C'est face aux nombreuses attaques de ce monde que nous trouvons un refuge en Hachem. À l'opposé, vouloir vivre sans cet abri, cela signifie sombrer dans une vie de matérialisme, de désirs effrénés et d'amour du temporel.