(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Aussi, les méchants n’ont pas le dessus dans le jugement, ni les pécheurs dans l’assemblée des justes.” (Psaumes 1 :5)

Les personnes méchantes sont celles qui s’opposent à la Tora et à D-ieu et qui désirent entraîner dans leur chute les autres personnes. Lorsque la fin de leur vie arrive – et qu’on les juge dans les sphères célestes – elles ne possèdent aucune chance de recevoir un jugement favorable. Non seulement elles se sont exclues du domaine spirituel en s’y opposant d’une façon déterminée, mais leur volonté de faire tomber d’autres personnes est une attitude qu’aucune excuse peut justifier.

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Tels ne sont pas les méchants, mais plutôt comme le chaume que pourchasse le vent.” (Psaumes 1:4)

Les trois premiers versets de ce chapitre ont décrit les récompenses célestes que reçoivent les personnes qui vouent leur vie à l'étude de la Tora et au respect de ses commandements. Ce verset nous enseigne qu'il en va autrement avec les personnes méchantes.

(Pour lire l'introduction à cette série,  cliquez ici.)

“Il sera comme un arbre replanté auprès des cours d'eau, qui donne ses fruits en leur saison et dont les feuilles ne se flétrissent point et tout ce qu'il fera réussira.” (Psaumes 1:3)

(2ième partie de l'explication du 2ième verset du 1er chapitre des Téhilim. Pour lire la 1ière partie,cliquez ici.)

La personne qui étudie la Tora est comparée à un arbre “qui donne ses fruits en leur saison.” Cela signifie qu'une étude sincère ne doit pas rester dans les sphères intellectuelles. En d'autres termes, une personne qui étudie la Tora mais dont le style de vie s'y oppose n'a pas encore atteint le niveau de la véritable étude.

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Il sera comme un arbre replanté auprès des cours d'eau, qui donne ses fruits en leur saison et dont les feuilles ne se flétrissent point et tout ce qu'il fera réussira.” (Psaumes 1:3)

Ce verset fait référence à la personne dont l'étude de la Tora est centrale dans sa vie. Cette personne est comparée à un arbre pour plusieurs raisons. Nous en citerons seulement deux : en étudiant la Tora, nous enracinons en nous l'émouna (la foi) qui nous permet de faire face aux nombreux défis de la vie quotidienne.