Print

(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Tremblez et ne péchez point ; réfléchissez en votre cœur sur votre lit et gardez le silence ! Séla !” (Psaumes 4:5)

Dans sa fuite éperdue, le Roi David s'adresse à ses ennemis en leur demandant de prendre conscience de la nature réelle de leurs actions. C'est par amour de son prochain que David agit ainsi : en leur indiquant la voie de la téchouva (repentir), il espérait leur épargner un jugement strict et imparable de la part du Ciel. Voici un des traits uniques du Roi David : même poursuivi par ses ennemis, il était préoccupé par leur salut plutôt que par le sien !

Appel à témoin
Dans ce verset, le Roi David s'adresse également à nous et il nous enseigne un fondement essentiel de la téchouva (du repentir). Face aux attaques incessantes de notre yetser hara' (mauvais penchant), nous ne devons jamais oublier que nous ne sommes pas seuls. De fait, si le Créateur laisse le yetser hara' nous tenter avec des bêtises, c'est précisément pour voir si nous allons nous tourner vers Lui pour le déjouer ou si nous pensons être suffisamment forts pour mener la bataille nous-mêmes... et la perdre le plus souvent, qu'à D-ieu ne plaise.

D'une part, nous devons comprendre que la raison essentielle de toutes nos tentations, nos désirs malsains et autres attitudes qui nous éloignent à grand pas du Divin possèdent un point commun : celui d'être un test pour jauger notre émouna (foi). Si dans les pires conditions, nous faisons appel à Hachem, nous avançons dans la bonne direction. Cependant, si nous nous revêtons de notre orgueil en voulant mener la lutte nous-mêmes – ou si nous baissons rapidement les bras en suivant ce que le mauvais penchant nous dicte – nous nous éloignons de nos Racines saintes, que D-ieu nous préserve.

D'autre part, nous devons réaliser qu'étant envoyées du Ciel, toutes ces tentations peuvent facilement être vaincues... par le Ciel ! C'est la raison pour laquelle nous ne devons pas avoir honte d'être tentés, de vouloir telle chose interdite... c'est le Ciel qui le désire. Plutôt, nous devons prendre conscience que pour les faire disparaître, Hachem n'attend qu'une seule chose : un appel de notre part.

Un autre élément essentiel de la Téchouva est celui de la réflexion que nous devons mener d'une façon profonde et en étant isolés du reste du monde. Lorsque Pharaon apprit que le peuple juif désirait sortir d'Égypte pour s'adonner au Service divin, il alourdit ses tâches physiques pour le fatiguer. Il fit cela car il savait pertinemment qu'en étant fatigué, l'être humain perd ses facultés essentielles de réflexion.

Nous aussi, nous avons tendance à être continuellement fatigués et surchargés de travail : notre travail ou la recherche d'un, l'éducation de nos enfants, les relations au sein de notre couple, nos achats, nos courses futiles... Chaque jour est une véritable course contre la montre. Ceci est l'œuvre du mauvais penchant qui ne désire pas nous voir réfléchir, penser au sens véritable de la vie ni avoir des aspiration élevées.

Ainsi, la réflexion à laquelle fait référence le Roi David est indispensable à chacun d'entre nous. C'est chaque jour que nous devons nous réserver quelques minutes afin de faire le point sur nos actions du jour, notre façon de vivre... Pendant ce dialogue, nous devons parler à Hachem et Lui demander de nous aider à nous écarter de ces désirs malsains, idées étrangères et impures...

La fin du verset nous apprend que nous pouvons espérer la victoire totale face aux forces du mal. Pas de compromis avec les forces de la mort ! Une demi faute est une faute à part entière et même si le plus important est la direction vers laquelle nous nous dirigeons (et une transgression est préférable qu'à deux), il ne faut pas perdre de vue l'objectif ultime : celui où nous ne fauterons plus. C'est le cœur pur que nous désirons nous présenter devant le Maître du monde.

À suivre...

David-Yits'haq Trauttman