(Pour lire l'introduction à cette série, cliquez ici.)

“Au chef des chantres, avec accompagnement d’instruments à cordes . Une chanson de David. ” (Psaumes 4:1)

À l'époque où le Temple se dressait à Jérusalem, le chef des chantres était le Lévi qui dirigeait l'orchestre présent au moment où les sacrifices étaient offerts. C'est à cette personne, et à lui seul, que le Roi David remettait ses psaumes.
Dans l'adversité : chantons !
Il est intéressant de noter que selon le Radaq (commentateur biblique français des 12ième et 13ième siècles), David rédigea ce chapitre pendant qu'il fuyait de devant son fils Absalom. Ainsi, le contraste est frappant : tandis que nous avons une tendance naturelle à nous inquiéter ou même à pleurer lorsque nous devons faire face à l'adversité, le Roi David chantait ! Quelle preuve d'émouna !

On dit des personnes extrêmement éloignées d'Hachem qu'elles ont inversé le bien en mal et le mal en bien. De la sorte, un individu peut faire exactement l'opposé de la Volonté divine en déclarant (ou en prétendant) que D-ieu l'approuve. De même, lorsque cet individu en voit un autre faire une mitswa, il tentera de le persuader qu'il fait le mal, que D-ieu nous préserve.

À l'autre extrémité de l'échelle spirituelle se trouve le Tsadiq qui parvient à trouver un sentiment de joie et de satisfaction dans ce que nous qualifions habituellement de “mal” ou de “mauvais.” On mesure le chemin qui nous sépare de la vérité absolue ! De fait, elle a atteint des niveaux spirituels hors du commun la personne qui ne distingue plus entre le bien et le mal. Celle-ci sait que du Ciel ne vient que le bon et que ce sont les limites de l'entendement humain qui nous font qualifier certains évènements de façon négative.

Les instruments de musique auxquels fait référence le Roi David étaient également dans la cour du Temple pendant la cérémonie des sacrifices. Leur présence met l'accent sur un aspect important du Service divin : celui du rôle de la musique dans notre rapprochement avec D-ieu.

La musique peut être déterminante pour éveiller une âme. Une journée stressante, des ennuis qui semblent nous dépasser... autant de bonnes raisons pour écouter un air qui nous délassera. Si tout cela est fait dans un esprit de Sainteté, quelques minutes de musique peuvent être plus efficaces que des heures de lecture !

Cependant, le revers de la médaille existe également : beaucoup de musiciens et de genres de musiques peuvent nous éloigner du Créateur. Qu'il s'agisse d'un style de vie à ne pas épouser, des paroles déplacées, des idées perverses... ce qui entre dans notre tête y reste souvent très longtemps. C'est pour cela que nous devons être très pointilleux sur le choix de nos musiques, à l'image du choix des aliments que nous mettons dans notre assiette.

Nous verrons – avec l'aide de D-ieu – que dans les versets suivants de ce chapitre, David s'adresse à ses ennemis. À leur intention, il a rédigé une chanson chargé d'amour, ce qui est plutôt surprenant si l'on n'oublie pas que ces derniers tentaient de mettre fin à la vie du “doux chanteur d'Israël.”

Suite..

David-Yits'haq Trauttman