Print

(Afin de lire la partie précédente de ce texte, cliquez ici.)

II. Nous savons bien que tout ce que nous étudions à pour source la Tora écrite et orale et que chaque enseignement se reporte à Elle.

Dans la continuité de ce qui vient d'être dit nous pouvons véritablement parvenir à ressentir cet amour pour D-ieu en méditant sur plusieurs points à plusieurs niveaux, et tout cela nous le retrouvons dans la Tora lorsque nous l'étudions.

Mais avant tout, il est primordial de reconnaître la Tora écrite et orale comme étant Divine et Immuable ; c'est ce qu'enseigne Rabbi Nosson Scherman dans l'introduction du 'Houmash publié par les Éditions J.Safra:

Deux des treize articles de foi incombant à tout Juif portent sur la Tora ; il s'agit des huitième et neuvième :

8- Je crois d'une foi entière que toute la Tora que nous (le Peuple Juif) avons en notre possession est celle-là même qui a été confiée à notre maître Moïse - la paix soit sur lui.

9- Je crois d'une foi entière que cette Tora ne sera pas modifiée, ni qu'une autre Tora de la part du Créateur, béni soit Son Nom, lui sera substituée (...).

Consulter un ouvrage avec la conscience d'avoir sous les yeux la Parole immuable de D-ieu, engage à l'aborder d'une façon tout à fait différente de celle du lecteur qui a en main un livre rédigé par des hommes et remanié au fil des ans. Avant d'entreprendre l'étude de la Tora, on doit être profondément conscient de son Origine divine et du fait qu'elle est immuable.

Les Sages, de mémoire bénie, rapportent que chacun des mots et des lettres de la Tora a été donné par D-ieu à Moïse ; la Tora ne peut pas avoir été altérée et elle ne pourra jamais l'être ; rien n'y a jamais été ni ne pourra jamais y être ajouté.

- Concernant la Tora écrite, le Talmud affirme catégoriquement que douter de l'Origine divine de la Tora, ne fût-ce que d'une seule de ses lettres ou interprétations issues de la tradition, revient à renier toute la Tora (Sanhédrin 99a).

- Concernant la Tora orale, le Talmud rapporte que quiconque nie que la tradition rabbinique ait été donnée par D-ieu à Moïse, "méprise la Parole de D-ieu" (Sanhédrin 99a), et le Rambam lui attribue le qualificatif d'hérétique (Hilkhoth Techouva 3,8).

(...) La Tora est l'essence même de l'univers (...) La Guemara rapporte qu'elle a précédée le monde (Chabbath 88b). "D-ieu a consulté la Tora et a créé le monde" : Il a conçu un univers où les hommes pourraient observer les commandements de la Tora.

III. L'amour pour D-ieu, c'est aussi l'amour pour Son Peuple, ce lien entre nous et les juifs, c'est ce que nous enseigne Rav Yits'haq Guinsburgh dans son livre "Kabbalah et vie moderne ou les 7 principes du Service divin pour les hommes vertueux" en rapportant ce qui se produit suite à un véritable attachement au Peuple Juif :

Lorsqu'un homme ressent une profonde affinité pour les Juifs, il reçoit un influx d'Inspiration divine issue de l'âme même du peuple d'Israël. Il devient alors animé de la ferme motivation d'être un homme digne, dans toutes ses relations avec autrui, et de consacrer sa vie au service de D-ieu. Le redressement total du monde va dépendre du degré d'inspiration et de spiritualité qu'il recevra par le biais du peuple Juif jouant un rôle de Prêtre parmi les nations, et oeuvrant en faveur du bien de la société.

Notre amour pour D-ieu et pour Son Peuple est donc complémentaire, il s'agit d'une véritable source de bénédiction non seulement pour nous mais aussi pour celles et ceux qui nous entourent, notre famille, nos amis, nos voisins, notre ville...

David ben Noa'h, ben Noa'h