Print

“La Sainteté qui se trouve dans les aspects matériels de ce monde est d'un niveau inférieur.” (Rabbi Na'hman de Breslev, Likouté Moharan I, 54)

Commentaire : Tout ce qui nous entoure possède un certain aspect de Sainteté. Un fruit est ce qui nous permet de prononcer une bénédiction – avant de le manger – et de nous rapprocher ainsi du Créateur. Une simple table est l'occasion de partager un bon repas et de chanter de superbes chansons lors des repas du Chabath...

Cependant, la Sainteté qui est incluse dans les objets matériels de ce monde est d'un niveau plus bas que celui qu'on peut trouver dans la Tora elle-même et dans les mitswoth. C'est pour cette raison que l'étude de la Tora et la pratique des mitswoth peuvent pratiquées sans limites, tandis que nous devons limiter ce que nous prenons de ce monde.

L'objectif n'est donc pas de se couper de ce monde : lui aussi est rempli de Sainteté et nous en avons besoin (nous devons travailler, nous nourrir, nous habiller...). Plutôt, l'essentiel et de réunir les conditions favorables qui nous permettent d'étudier, de prier et de faire des mitswoth aussi souvent que nous le pouvons. Lorsque nous poursuivons ces activités, nous touchons à la Sainteté la plus élevée.

Dédié à l'lévation de l'âme de Chlomo ben Ra'hel

David-Yits'haq Trauttman