« Le monde entier ne vaut pas grand chose face à la lumière d'une mitswa(Rabbi Nathan de Breslev, Likouté Halakhoth, Ora'h 'Haïm, Hodaah 6:12).

Commentaire :
Les paillettes du monde matériel possèdent un grand pouvoir pour nous attirer. Plus d'argent, plus de travail... et plus de soucis ! De plus, lorsque le temps vient de quitter ce monde, nous laissons la totalité de ce que nous avons ammassé derrrière nous.

Cependant, à chaque mitswa que nous réalisons, nous attirons sur nous une lumière formidable : celle du Créateur. Nous devons apprendre à chercher et à apprécier cette lumière unique qui est une source importante de joie dans notre vie. Cette lumière et cette joie sont éternelles et seront les seuls bagages que nous conserveront lorsque nous quitterons ce monde.

« Nous devons faire naître en nous la joie, de toutes nos forces, grâce à tous les aspects positifs que nous pouvons encore trouver en nous-même.» (Rabbi Nathan de Breslev, Likouté Halakhoth, Ora'h 'Haïm, Hodaah 6:12).

Commentaire :
Les difficultés liées à ce monde, ainsi que les défis que nous ne manquons pas de devoir relever régulièrement possèdent quelques fois des conséquences tragiques. De fait, lorsque nous pensons avoir échoué, faire face à plus fort que nous ou encore, ne pas pourvoir être à la hauteur de ce que nos proches attendent de nous, c'est une véritable crise que nous vivons.

Dans ces cas-là, nous avons l'obligation de garder le moral, l'espoir et de conserver la joie en nous. À cette fin, il est indispensable que nous trouvions les bons aspects à notre propre personne et à notre comportement. Lorsque nous possédons confiance en nous-même, la joie reste toujours notre compagnon de route.

« Tout le pouvoir du mauvais penchant consiste à échanger et à subsituer le mauvais en bien et le bien en mauvais.» (Rabbi Nathan de Breslev, Likouté Halakhoth, Ora'h 'Haïm, Hodaah 6:12).

Commentaire :
Nous vivons dans un monde très « branché.» De fait, peu importe que nous habitions Paris, New York... ou la banlieue marseillaise, nous savons le plus souvent ce qui se passe à l'autre bout de la planète, parfois plus vite que ce qui se passe dans notre immeuble.

Les idées et valeurs morales véhiculées dans notre génération se bousculent à une allure folle, sans tenir compte de leur bien-fondé, ni du respect des valeurs transmises par la Tora. Qu'il s'agisse de l'attrait de l'argent, de l'immoralité, des mensonges ou d'autres désirs malsains, nous devons toujours nous méfier du mauvais penchant qui cherche à nous rendre l'esprit entièrement confus.

« Plus le sentiment de tristese augmente son emprise sur une personne, plus l'exil de celle-ci est grand.» (Rabbi Nathan de Breslev, Likouté Halakhoth, Ora'h 'Haïm, Hodaah 6:11).

Commentaire :
Nous considérons souvent – à tort – la tristesse seulement comme un sentiment à éviter, si l'on peut. Cependant, la réalité est qu'être triste doit être considéré comme une interdiction, pure et simple. Dit autrement : Hachem nous interdit d'être triste.

C'est pour cela que nous devons déployer les plus grands efforts pour être joyeux. En addition de la prière, nos meilleurs atouts sont les mitswoth, les commandements que le Créateur attend que nous fassions. Essayez : plus votre pratique des mitswoth sera régulière et dense, plus votre joie augmentera. Garanti !