(Il s'agit de la deuxième partie de l'histoire de l'Empereur et du roi. Vous pouvez lire la première partie en cliquant ici.)

3
Il était une fois un roi qui s'était fait construire des palais sur la mer, car il aimait l'air marin. Des navires passaient au large de ses palais. La princesse qui parcourait les mers passa près du palais du roi. Le roi regarda et vit un navire qui voguait sans direction et à bord duquel il n'y avait personne. Il pensa qu'il se trompait. Il ordonna à ses gens de regarder et ils virent la même chose que lui.

La princesse, qui s'était approchée du palais, pensa : « Qu'ai-je à faire d'un palais? » et manœuvra pour repartir. Le roi la vit alors et envoya ses gens pour la ramener chez lui. Puis il la fit entrer chez lui.

Le roi n'avait pas de femme car il n'arrivait pas à faire un choix. En effet, celle qu'il désirait ne voulait pas de lui, et vice-versa. Lorsque la princesse entra chez lui, elle lui demanda de jurer qu'il ne la toucherait pas avant qu'ils fussent mariés selon la loi. Il jura. Puis elle lui dit qu'il ne devait pas ouvrir son navire ni y toucher et que le navire devait rester en mer jusqu'au mariage, afin que chacun sût qu'elle avait apporté des marchandises et ne dise pas que le roi avait pris une femme de la rue. Il le lui promit.

Le roi envoya des lettres dans tous les pays pour que l'on vînt à son mariage. Puis il fit construire des palais pour la princesse qui ordonna qu'on lui trouvât onze filles de princes qui seraient ses suivantes. Le roi donna un ordre et on lui envoya onze filles de princes, ministres de haut rang. On fit bâtir pour elles onze palais privés, et la princesse avait aussi son palais privé. Les dames de compagnie rendaient visite à la princesse, faisaient de la musique et jouaient avec elle.

Elle leur dit un jour qu'elle désirait partir en mer avec elles. Elles partirent sur le navire et jouèrent. La princesse leur dit qu'elle voulait leur offrir du vin qu'elle avait à bord. Elle leur donna donc du vin. Elles s'enivrèrent, tombèrent et restèrent allongées. Alors, la princesse défit les amarres, déploya les voiles et le navire prit la mer.

Le roi et ses gens s'aperçurent que le navire de la princesse n'était plus là, et ils furent très effrayés. (Le roi ne savait pas que la princesse s'était enfuie. Il la croyait dans son palais). Le roi dit à ses gens : "Veillez à ne pas lui annoncer la nouvelle brutalement, car cela l'attristerait beaucoup". Il craignait que la princesse ne pensât qu'il eût lui-même fait partir le navire. Il donna l'ordre d'envoyer une des dames de compagnie annoncer la nouvelle à la princesse avec tact. 

On se rendit dans une des chambres et on ne trouva personne. Il en fut de même dans la chambre suivante: personne. On ne trouva âme qui vive dans les onze chambres. Le roi et ses gens décidèrent d'attendre la nuit et d'envoyer une vieille femme annoncer la nouvelle à la princesse. On se rendit dans sa chambre où on ne trouva personne non plus. Le roi et ses gens eurent très peur.

Entre-temps, les pères des dames de compagnie avaient remarqué qu'ils ne recevaient pas de lettres de leurs filles. Ils envoyaient des lettres et on ne leur répondait pas. Ils se rendirent chez leurs filles et ne trouvèrent aucune d'entre elles. Ils furent très en colère. Comme ils étaient ministres du royaume, ils voulurent bannir le roi. Mais ils se dirent : "En quoi le roi est-il coupable et mérite-t-il une telle punition ? Il n'est pas vraiment fautif." On décida cependant de le faire abdiquer et de le chasser. Il fut renversé et on le chassa. Et le roi partit.

La princesse s'était donc enfuie sur son navire. Les dames de compagnie finirent par se réveiller et recommencèrent à jouer avec la princesse. Elles ne savaient pas que le navire était déjà loin de la côte. Elles dirent à la princesse :

"Rentrons à la maison !" Elle leur répondit : "Restons ici encore un peu !" Puis un vent de tempête se leva. Elles répétèrent : "Rentrons à la maison !" Elle leur avoua que le navire était déjà très loin de la côte. Elles lui demandèrent : "Pourquoi as-tu fait cela ?" Elle leur répondit qu'elle avait craint que le navire ne. se brisât à cause de la tempête. C'était la raison pour laquelle elle avait agi ainsi.

La princesse et ses dames de compagnie continuèrent donc leur voyage en mer, tout en faisant de la musique. Elles passèrent au large d'un palais. Les dames de compagnie dirent à la princesse : "Allons vers ce palais !" Elle leur répondit qu'elle ne le voulait pas car elle regrettait déjà de s'être approchée de celui du roi.

Plus tard elles aperçurent quelque chose qui ressemblait à une île. Elles s'y rendirent et rencontrèrent douze voleurs qui voulurent les tuer. La princesse demanda aux voleurs : "Quel est le plus important d'entre vous ?" Ils le lui indiquèrent. Elle dit au voleur : "Que faites-vous ?" Il lui répondit qu'ils étaient voleurs. Alors elle dit :

"Nous sommes aussi des voleurs, mais, alors que vous êtes des voleurs grâce à votre force, nous sommes des voleurs grâce à notre sagesse, car nous connaissons les langues et nous sommes musiciennes. A quoi bon nous tuer ? Prenez-nous plutôt pour femmes et vous aurez en plus de grandes richesses". Et elle leur montra ce qu'elle avait à bord du navire, car le navire était celui du fils du marchand qui avait beaucoup de richesses. Les voleurs écoutèrent ses paroles.

Ils montrèrent à la princesse leurs richesses et firent visiter l'île à la princesse et à ses suivantes. Puis tous décidèrent d'un commun accord de ne pas s'épouser en même temps, mais l'un après l'autre. Chacun choisirait la dame qui lui convenait selon son rang. La princesse leur dit qu'elle leur ferait l'honneur de leur donner du bon vin qu'elle avait à bord de son navire. Elle leur dit qu'elle n'avait jamais utilisé ce vin qui était resté caché jusqu'à ce que D-ieu lui envoie le compagnon qu'elle méritait.

Elle leur versa du vin dans douze gobelets et dit : "Que chacun boive à la santé de tous !" Ils burent, s'enivrèrent et s'écroulèrent. Elle appela ses dames de compagnie et leur dit : "Maintenant, que chacune aille tuer son homme !" Et elles les tuèrent tous.

Sur l'île, elles trouvèrent de grandes richesses, comme aucun roi n'en a jamais possédées. Elles décidèrent de ne prendre ni cuivre ni argent ; seulement l'or et les pierres précieuses. Elles jetèrent par dessus bord tout ce qui n'avait pas grande valeur et chargèrent le navire avec des objets précieux, l'or et les pierres précieuses qu'elles avaient trouvés sur l'île. Elles décidèrent de ne plus porter de vêtements féminins, et se cousirent des habits d'homme à la mode allemande. Puis, elles repartirent avec le navire.
4
Il était une fois un roi qui avait un fils unique. Il l'avait marié et lui avait donné son royaume. Un jour, le prince annonça à son père qu'il partait se promener en mer avec sa femme, car il voulait qu'elle s'habitue à l'air marin au cas où il leur serait nécessaire un jour de s'enfuir par mer. Le prince monta à bord d'un navire avec sa femme et les grands du royaume et ils partirent. Ils étaient joyeux et s'amusaient. Ils décidèrent tous d'enlever leurs vêtements et il ne leur resta plus que leurs sous-vêtements. Puis ils essayèrent de voir qui serait capable de grimper jusqu'en haut du mât. Le prince aussi grimpa en haut du mât.

Entre-temps, la princesse qui était à bord de son navire aperçut le navire du prince. Elle eut d'abord peur de s'approcher. Elle s'approcha quand même un peu, et voyant qu'on s'amusait beaucoup sur ce navire, elle comprit que ce n'était pas un navire pirate. Elle fit approcher son navire un peu plus et dit à son entourage :

"Je suis capable de faire tomber ce chauve dans la mer" (c'est à dire le prince qui était grimpé en haut du mât et qui était chauve). Les dames de compagnie lui demandèrent : "Comment est-ce possible ? Ils sont si loin de nous !" Elle leur dit alors qu'elle possédait une lentille capable de faire brûler, grâce à laquelle elle ferait tomber le prince dans la mer. Elle décida d'attendre que le prince eût atteint le haut du mât pour le faire tomber, car tant qu'il était à mi-chemin, s'il tombait, ce serait sur le pont. Mais s'il était à la pointe et tombait, il tomberait dans la mer.

Elle attendit qu'il fût à la pointe du mât, puis elle saisit la lentille et la dirigea vers le cerveau du prince jusqu'à le brûler. Le prince tomba dans la mer. Alors, ce fut la panique à bord de son navire. Personne ne savait quoi faire. Comment rentrer ? Le roi mourrait de chagrin. On décida de se porter à la rencontre du navire de la princesse que l'on apercevait. Il se trouverait peut-être à bord un médecin susceptible de leur donner quelque conseil. Ils s'approchèrent et dirent aux hommes qui étaient à bord du navire de la princesse de ne pas avoir peur, car ils ne leur feraient rien.

Ils leur demandèrent : "Peut-être avez-vous à bord un docteur qui puisse nous conseiller ?" Et ils racontèrent toute l'histoire, à savoir que le prince était tombé dans la mer. La princesse leur dit d'aller le repêcher. Ils partirent, retrouvèrent le prince et le sortirent de l'eau. La princesse prit le pouls du prince et déclara que le cerveau du prince avait été brûlé. On découpa son crâne et on vit qu'elle avait dit juste.

Les gens du prince furent effrayés car c'était pour eux une grande merveille que le docteur (la princesse) eût deviné juste. Ils l'implorèrent de venir chez eux en leur compagnie. Elle serait docteur du vieux roi qui la chérirait beaucoup. Elle ne voulut pas et leur dit qu'elle n'était pas docteur, elle savait seulement quelques petites choses. Mais les gens du prince ne voulaient pas rentrer chez eux.

Les deux navires voguèrent de concert. Les grands du royaume auraient aimé que leur reine (la femme du prince) épousât le docteur car ils avaient compris que le docteur était très savant (ils pensaient que la princesse était un docteur parce qu'elle portait des vêtements masculins). C'est pourquoi ils désiraient que la reine épousât le docteur et que ce dernier fût leur roi. Quant au vieux roi, le père du prince, ils le tueraient. Mais ils avaient honte de proposer à la reine d'épouser le docteur. La reine, elle aussi, désirait beaucoup l'épouser, cependant elle avait peur qu'on ne voulût pas de lui pour roi dans son pays.

On décida donc de donner un banquet, de telle sorte qu'après avoir bu, alors qu'on était très joyeux, on puisse en discuter. On fit un banquet pour tout le monde. Comme c'était le banquet du docteur (c'est à dire de la princesse), il leur donna du vin qu'il possédait et tous s'enivrèrent.

Au beau milieu des réjouissances, les ministres du royaume s'écrièrent que si la reine épousait le docteur, ce serait merveilleux. Le docteur s'écria que ce serait merveilleux, en effet, mais qu'il fallait en parler à jeun. La reine aussi s'écria qu'il serait merveilleux qu'elle épousât le docteur, mais le pays devait approuver le projet. Le docteur dit encore que ce serait merveilleux, à condition de ne pas en discuter tout en buvant.

Puis, sortis de leur état d'ébriété, les ministres se souvinrent de ce qu'ils avaient dit et ils eurent honte d'avoir ainsi parlé devant la reine. Et la reine elle-même avait parié du projet et elle avait honte d'en avoir parlé devant les ministres. Mais elle se dit que eux aussi en avaient parlé. Alors, on se mit à discuter, puis on prit une décision. La reine se fiança au docteur (la princesse que l'on croyait être un docteur) et ils rentrèrent dans leur pays. En les voyant revenir, les habitants du pays furent très contents car cela faisait longtemps déjà que le prince était parti en mer, et on ne savait pas où il était.

Entre-temps, le vieux roi était mort. Quand le navire accosta, les habitants du pays virent que le prince, qui était leur roi, n'était pas présent. Ils demandèrent : "Où est notre roi ?" Les autres leur racontèrent les faits, à savoir que le prince était mort depuis longtemps et qu'ils s'étaient choisi un nouveau roi, qui était avec eux. (C'était le docteur, c'est à dire la princesse). Les habitants du pays furent très contents d'avoir un nouveau roi.

Suite...

Dédié à la guérison de Michèle bath Esther

Rabbi Na'hman de Breslev